Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Enjeu électoraliste via le Coronavirus ?

This post has already been read 41162 times!

“C’est dans le malheur qu’on reconnaît les vrais amis”, dit-on.
Le malheur qui frappe le monde au travers de la pandémie appelée Coronavirus révèle la vérité sur la solidité de la solidarité face à l’épreuve.
Voir, par exemple, la Russie de Poutine voler au secours de l’Amérique de Trump est suffisamment interpellant !
De même que voir l’Italie recevoir l’assistance de la Chine et de Cuba.
Voir surtout les Américains s’emparer sur le territoire français des cargaisons des masques commandés en Chine par les Français a de quoi relever les limites des amitiés inter-occidentales que l’on croyait pérennes !
La morale à tirer de ces trois exemples est que ce qui est fait des mains d’homme peut se défaire des mêmes mains d’homme !
Ce qui veut dire qu’il n’y a pas d’amitiés éternelles sur ce plancher des vaches. Il y a juste des intérêts circonstanciels. D’où la sentence gaullienne “Les États n’ont pas d’amis, ils n’ont que des intérêts”.
Dans l’épreuve, les intérêts circonstanciels favorisent le rapprochement même si, pour une raison ou une autre, on s’est imposé une sorte de distanciation (terme à la mode).
Dans tout domaine, c’est généralement à ce moment que le mur de glace se brise, et s’unissent des efforts pour combattre ensemble l’ennemi commun, cas du Coronavirus.
A l’occasion de la menace avérée que représente la pandémie sur le territoire national et même sur les voisins, on aurait bien souhaité voir des adversaires politiques et sociaux congolais se solidariser et mutualiser leurs forces dans l’objectif noble de neutraliser le Moloch, le monstre.
Hélas !, doublement hélas !
A chacune des prestations publiques du Chef de l’Etat à ce sujet, il s’observe la résonance des cloches discordantes. Redoublant d’intensité, cette résonance accentue le tintamarre et finit par distraire.
On note plutôt des “offres” fortement médiatisées s’accompagnées de préalables !
Dans la dernière livraison, allusion a été faite à un plan et à des réformes qui “auront besoin d’un consensus national entre la minorité FCC-CACH au pouvoir et la majorité populaire incarnée par LAMUKA”. C’est la position d’un lamukiste ” hors mandat ” mais s’offrant une “prorogation”.
Il est vrai qu’en matière des négociations, le jeu favori est celui de la surenchère, c’est-à-dire de placer la barre haut pour espérer obtenir l’essentiel des “concessions” susceptibles d’être faites.
Il y a toutefois un mais.
Dans les circonstances actuelles où la pandémie tue sans prévenir et peut même vous prendre un proche, est-il raisonnable de poser des préalables pour apporter son assistance, mieux son expérience et son expertise à ceux qui sont au front, peuple compris ?
Ce qui se passe ressemble à l’attitude incongrue du voisin qui, voyant la maison de son propre voisin en proie à des flammes, pose comme condition pour son apport le règlement d’un contentieux !
Ceci pour l’Opposition.
Notons, en plus, du côté de la Majorité cette insolite consistant à se prononcer publiquement sur la gestion du Coronavirus pendant qu’on est dans une coalition !
De quelle logique procède le fait pour l’Udps, l’Unc, le Pprd ou encore le Cach ou le Fcc de mettre dans la rue ses ou leurs propositions au Gouvernement pour lutter contre la pandémie ? L’idéal ne serait-il pas de voir une délégation de la coordination Cach-Fcc échanger avec le Président Félix Tshisekedi dès lors que ce dernier anime la Task force comprenant des membres du Gouvernement ?
Dans la vie, il existe plusieurs façons de refuser son aide à quelqu’un. Par exemple : poser des conditions ou faire des propositions qu’on sait soi-même et par avance impossibles à accepter par l’autre. On agit alors pour la consommation populaire.
Encore six jours, l’apparition du Coronavirus en RDCongo aura totalisé un mois (10 mars – 10 avril 2020). Il est possible qu’on dépasse 150 cas testés positifs dont 15 décès.
Apparemment, Coronavirus est en train de susciter dans mon pays un prétexte à bouleverser l’ordre institutionnel issu des élections du 30 décembre 2018.
Comme en Europe et en Amérique, l’enjeu électoraliste – que dis-je ?, électoral devient plus préoccupant pour certains protagonistes que la lutte contre la pandémie elle-même !
Fascinant et troublant Congo…
Omer Nsongo die Lema/CP