Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Covid-19 : Africa Reconciled mobilise pour une campagne de sensibilisation à l’Est de la RDC

Covid-19 : Africa Reconciled mobilise pour une campagne de sensibilisation à l’Est de la RDC

This post has already been read 886 times!

Soucieuse de la sécurité globale des jeunes avec qui elle travaille depuis longtemps et des communautés locales, mais aussi craignant que des catastrophes n’arrivent aux populations locales par manque d’informations fiables, Africa Reconciled envisage de lancer une campagne de sensibilisation et plaidoyer sur le COVID-19 dans les prochains jours. L’objectif de cette démarche est d’éveiller les consciences des jeunes, des cadres de base et toutes les communautés locales sur les risques que représente coronavirus et les mesures nécessaires à entreprendre pour se protéger contre cette maladie pandémique. Les bénéficiaires sont constitués des populations des provinces et des zones ciblées estimées à plus de deux millions cinq cent mille individus.

Il s’agit essentiellement des populations de Goma, Rutshuru, Masisi, Bukavu, Katana et Uvira dans les provinces du Nord et Sud-Kivu.

Parmi les résultats attendus de cette campagne dont la durée est évaluée à 3 mois, deux notes de plaidoyer produites et partagées aux autorités locales, nationales et internationales, environ 2,5 millions de personnes sensibilisées sur les risques du Covid-19 et les mesures de protection nécessaires, ainsi qu’un spot et une chanson de sensibilisation produits et diffusés dans les médias et réseaux sociaux.

Africa Reconciled qui est une organisation de droit congolais à caractère culturel, social et éducatif, s’inquiète du fait de la propagation rapide du covid-19 sur le continent, en dépit des mesures adoptées par différents gouvernements africains dont la République Démocratique du Congo, notamment le confinement, le respect de l’hygiène, la réduction des contacts inter humains et l’interdiction des vols.

Aussi, regrette-t-elle, une grande partie de la population, sous-informée, est en train de banaliser cette pandémie. Ce qui explique le besoin de partir sur une sensibilisation de masse en utilisant des canaux très diversifiés tels que la radio, la télévision, les réseaux de télécommunication et les affiches sur les lieux publics. Avec une telle action, Africa Reconciled croit qu’elle va réduire le risque de contamination et de décès auquel les communautés du Nord et du Sud-Kivu sont déjà exposés.

De manière concrète, il sera question de plaider pour le renforcement de l’hygiène individuelle et communautaire par différents matériels visant la désinfection, des contacts de plaidoyer auprès des autorités sanitaires et des leaders d’opinions, mais également de récolter les recommandations des jeunes pour la meilleure protection des populations locales contre le covid-19 à l’intention des décideurs aux niveaux local, national et international.

Durcir les mesures préventives

Africa Reconciled a diligenté, du 5 au 9 avril dernier, une équipe de trois enquêteurs dans certains quartiers de Goma pour vérifier si les mesures de prévention et de protection contre le Covid-19 étaient effectivement prises en compte par la population urbaine. Le constat est amer. Il ressort de cette enquête que malgré tous les efforts consentis par les experts de la santé et les autorités du pays, la population ne possède pas encore suffisamment d’informations sur l’existence de la pandémie.

Dans certains marchés, les salutations corporelles et la consommation des aliments sans laver les mains se passent comme à l’accoutumée.

Devant les boutiques et autres commerces, un dispositif de lavage des mains y est placé, mais souvent sans eau et quand l’eau y est, elle n’est pas chlorée. Un véritable trompe-l’œil, tout de même inquiétant.

Aussi, la quasi-totalité des enfants ne sont pas en confinement. Nombreux vagabondent les rues du quartier et jouent en groupes comme si la pandémie n’existait pas.

Pendant la journée, les chauffeurs des Taxis Bus urbains respectent tant soit peu la mesure de distanciation de deux personnes par siège afin d’éviter la contamination au covid-19, mais aux heures vespérales, le chargement redevient celui d’avant l’épidémie.

Les enquêteurs d’Africa Reconciled ont également constaté qu’après l’isolement de la Ville de Goma  des zones rurales la semaine dernière, plusieurs personnes empruntent les petites pistes dans le Parc National de Virunga pour aller s’approvisionner en aliments en territoire de Masisi voisin,  et celles d’ici font de même pour atteindre la Ville de Goma.

Devant toutes ces données, Africa Reconcilied  demande au Gouvernement central un durcissement des mesures préventives contre le Covid-19 et un suivi rigoureux, sincères et permanent par les services de l’ordre. Cela permettra aux uns et aux autres de s’approprier toutes les normes établies pour l’éradication de la pandémie.

Et aux organisations humanitaires d’élaborer des programmes de formation et information de toutes les couches de la population sur le covid-19 dont l’existence reste sujet à discussion dans plusieurs quartiers.

Elles sont invitées également à venir en appui aux ménages trop vulnérables, aux femmes enceintes et allaitantes et aux enfants laissés pour compte dans cette lutte.

Les habitants de Goma dans la tourmente

Parmi les mesures phares mises en place par les autorités du pays pour faire face au coronavirus figure l’isolement des villes de Goma, Butembo et Beni où la pandémie a été déclarée du reste des territoires que comprend la province du Nord-Kivu. Une décision intervenue deux semaines après que la ville de Goma ait été coupée du Rwanda et de l’Uganda et même de la ville-sœur de Bukavu.

Asphyxiés et ne disposant pas de revenus pouvant leur permettre de rester confinés chez eux pendant les 14 jours d’isolement, certains habitants de Goma ont choisi l’exode vers les zones rurales où le coup de vie est encore abordable.

Dans cet afflux vers la campagne,  les personnes interrogées disent qu’elles préfèrent passer le moment de confinement dans leurs territoires d’origine qu’à Goma. Or, avant ce déferlement vers les zones rurales, ces déplacés n’ont passé aucun test de Coronavirus et il n’est donc pas impossible que les malades potentiels parmi eux  contaminent la population d’accueil. C’est ce que redoute Africa Reconciled qui, à son tour, plaide pour un renforcement des dispositifs de protection contre la pandémie dans les campagnes où les risques de contamination deviennent de plus en plus évidents.

Par ailleurs, devant un train de questions qui illustrent la rupture des jeunes et leur quotidien habituel, Africa Reconciled plaide notamment pour un système d’enseignement en ligne efficace en faveur de tous les jeunes en ce moment où toutes les activités éducatives sont suspendues. Mais également une réduction très sensible du coût d’accès à l’internet pour permettre aux jeunes d’explorer l’univers des connaissances.

Boris Luviya