Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Covid-19 : Mort confirmée du comédien Mangwawu à Paris

Covid-19 : Mort confirmée du comédien Mangwawu à Paris

This post has already been read 726 times!

Figure emblématique et icône  de la comédie congolaise, Mangwawu Maître Pay a marqué son époque grâce à ses scenarios rocambolesques qui faisaient bouger toutes les familles congolaises dans leur salon devant la télévision. Dommage ! C’est dans la région parisienne en France que cet artiste au talent innombrable  a tiré sa révérence, le 3 mai dernier à la suite du Covid-19. 

Des sources proches de la famille indiquent qu’il a été bel et bien interné dans un hôpital public après avoir attrapé la maladie à coronavirus. Il a rendu l’âme deux jours après avoir été libéré par l’hôpital parce que sa situation évoluait pas mal, selon les médecins.

De son vrai nom Jacques Mukoza, Grand Yaya Mangwawu Ndengi Wana a connu ses débuts dans l’art dramatique vers les années 80 au sein du groupe Minzoto Wela Wela de père Bufalo à Kinshasa.

Les amoureux de la comédie congolaise reconnaîtront en lui son style vestimentaire un peu particulier à la soutane comme un prêtre de l’église. Sur scène, l’acteur s’identifiait surtout  avec un dessous sur sa tête, appliquant le bleu du méthylène sur sa figure.

Pendant cette épopée, il était toujours accompagné de son ami et collègue Jean- Claude Katondi, mieux connu sous le nom de Ngadiadia Ngadios avec lequel il a  bercé le public à travers ses scénarios terribles à couper le souffle.

D’ailleurs, les deux acteurs avaient quitté le père Bufalo pour créer leur troupe théâtrale appelée « Chic Choc Loyenge » avec d’autres talentueux congolais tels que Ngadiadia, Mbaliosombo, Mundweri, Eyoma Vieux Gaou…  Ensemble, ils ont fait la pluie et le beau temps sur la scène congolaise jusqu’à leur séparation suite à la crise de leadership.

Après cette dislocation, Maître Pay Mangwawu  s’en va pour créer  son propre groupe qu’il avait baptisé, Nouvelle Loyenge avec une bonne partie des artistes venant de chic choc Loyenge, ainsi que d’autres recrutés sur place notamment, le célèbre humoriste du moment  Lady ESOBE. C’est d’ailleurs avec Nouvelle Loyenge que les fans du théâtre populaire de la RDC ont découvert Bébé Santé, Lady Esobe, Ma Loso, Willy, Chicknoris, Mundueri et les autres.

Au summum de son succès, Mangwawu a porté plusieurs noms de scène, maître Pay, (nom tiré du film chinois de Jacky Chan), Grand Yaya, et autres.  Il a créé la danse mbati, et le cri d’animation, ” Kinshasa etelemi telemi, niawu alie chiclet ”.

Au-delà de la comédie

A la fois comédien et metteur en scène, Mangwawu avait également développé une forte passion de la musique. Evidemment, il était proche du défunt  chanteur congolais Emeneya.  Le leader de Nouvelle Loyenge avait créé aussi un groupe musical. C’est ainsi même qu’il a développé son sens de faire la comédie musicale, en montrant son vrai visage, sans déguisement sur scène. Jusqu’à sa mort, il avait un projet de réaliser un album qui, malheureusement, n’a pas abouti.

En 2004, il décida de s’installer en France, là où il est décédé. Rappelons qu’à Kinshasa, l’artiste habitait sur l’avenue Bolafa, dans la commune de Ngiri Ngiri.

Père de famille, Jacques Mukoza alias Mangwawu laisse 4 orphelins dont sa fille aînée Tatiana et son frère cadet, Richelieu Mukoza qui résident au pays.

Cependant, l’Association nationale de théâtre populaire et cinéma (ANTPC) que dirige le doyen des comédiens  en RDC, le Président Masumu Debrindet présente ses condoléances à la famille biologique et garde une pensée pieuse à l’illustre disparu qui  a également beaucoup contribué à la promotion de la culture congolaise à travers ses œuvres inoubliables.

Jordache Diala