Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Vient de paraître : L’ouvrage «La Coupe du Plaisir» écrit sous la plume de Carine & Christian Mawete

Vient de paraître : L’ouvrage «La Coupe du Plaisir» écrit sous la plume de Carine & Christian Mawete

This post has already been read 377 times!

*«Les routines de la vie éteignent peu à peu le feu de l’amour. Ce livre ouvre les horizons excellents du Parrain du plaisir pour ranimer l’étincelle amoureuse et redonner accès au Plaisir perdu. Découvrez l’économie du plaisir rare et raffiné qui permet au toit  conjugal de jouir  des instants exceptionnels. Faites vivre à votre couple le concept du Plaisir Intérieur Brut. Explorez, à travers ce livre, les bénéfices de l’élixir qui répare le cœur brisé, libère l’âme du joug de l’addiction et ouvre les yeux sur le piège du plaisir.», est-il écrit sur la quatrième de couverture de cette œuvre littéraire, fruit de cogitation de Carine et Christian Mawete. 

Avec ses 182 pages, «La Coupe du Plaisir» est un ouvrage qui comporte dix points notamment, Le mystère de l’orgasme ; Un royaume de plaisir ; La valeur ajoutée du plaisir ; La dote et ses enjeux ; Hephzibah («Plaisir du Seigneur», en hébreux). Une préface, une introduction, une conclusion ainsi qu’un épilogue en constituent également la charpente.

De l’avis du préfacier de ce livre, Léopold Mbadu, au cœur de cet enjeu majeur, se trouve la femme : source d’eau vive, fontaine scellée de bonheur, jardin au parfum le plus exaltant de plaisir comme le cinnamome, le nard… L’entrée de la femme dans le jardin d’Eden, qui fut un événement sublime, applaudi du ciel et de la nature observatrice impuissante de la scène, a fait frémir Adam, le solitaire invétéré, d’un soupir de satisfaction qui s’apparente à une délivrance inouïe : «Voici la chair de ma chair, l’os de mes os».

Ce préfacier poursuit sa réflexion en affirmant que l’enfer fut irrité et le serpent fit dès lors son apparition, pour brouiller la carte du plaisir. Et le territoire de la romance lyrique et du plaisir extrême s’est transformé en une terre des ronces et d’épines, où se succèdent incompréhensions, bagarres, haine, injures au point que le Séraphin scella l’accès à l’arbre de vie. Le venin du péché a fini par polluer les eaux des sources du plaisir et de l’épanouissement. Et cette science disparue ! Léopold Mbadu écrit, enfin, qu’à l’instar de l’apôtre Jean, le pieux couple Mawete a été transporté dans l’antichambre où le Séraphin a déposé les trésors cachés de cette science perdue.

A la page 47 de ce bel ouvrage, Carine et Christian Mawete déclarent que le plaisir en lui-même désigne la sensation agréable qu’on ressent quand on est comblé de bonheur, lorsqu’on atteint un accomplissement qui dépasse les attentes ou quand on assouvit un désir passager. Quelques lignes auparavant, sont mises en relief deux natures de plaisir : la première se limite à l’émotionnel et procure une sensation de défoulement, d’accomplissement ou d’apaisement. La deuxième, quant à elle, est ressentie à tous les niveaux.

Elle emballe le corporel et tout son cortège charnel, elle bouscule le flair psychologique et procure une intense plénitude de mieux-être qui fait perdre les pédales, et parfois la raison. Ce couple fait savoir que cette deuxième nature est appelée orgasme.

Dans l’avant-dernier point, les deux auteurs font ressortir les aspects suivants : «Par le biais de la dot, la demoiselle quitte la bannière amoureuse du mari. Trois aspects majeurs entrent en jeu dès cet instant : Primo, sa soumission volontaire devient la marque de l’autorité dont elle dépend désormais. Secundo, la protection et la prise en charge maritale lui sont garanties. Tertio, son droit à l’affection par l’attachement est dès lors attesté. C’est ainsi que la soumission vis-à-vis des parents se convertit en soumission maritale. La protection parentale revient désormais à la charge du mari et l’affection parentale cède la place à la génétique maritale.», est-il écrit, noir sur blanc.

«Saviez-vous que la Bible parle du plaisir bien finement qu’aucun autre ouvrage ? […] La Bible est, par excellence, le manuel d’utilisateur de ce fabuleux produit que nous appelons plaisir», affirment Carine et Christian Mawete.

Ce livre met donc à nu l’œuvre masquée de l’esprit de Jézabel, qui détruit insidieusement le charme de l’amour séducteur du plaisir, et empêche un couple amoureux de briller de l’éclat de la gloire de Dieu. «La Coupe du Plaisir» est un livre qui mérite d’être lu par le plus grand nombre.

La Pros.