Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Le bout d’un nouveau départ

This post has already been read 5728 times!

Ils en parlent aujourd’hui. L’équipe de la riposte à convid-19 se concerte, en effet, avec le Premier Ministre Sylvestre Ilunga. Et si tout va bien, l’option du déconfinement  envisagée serait confirmée. Mais, cette fois-ci, la stratégie ne sera plus la même. Il sera plutôt de confiner, très prochainement, des foyers dont les personnes pourraient être testées positives, quitte à les mettre, par ailleurs,  en quarantaine, a laissé entendre Jean-Jacques Muyembe, le technicien à la manœuvre.

Leurs dépendants n’en sont pas,  pour le moins,  détachés. D’autant plus  qu’en matière de propagation de cette pandémie, il a été si souvent constaté que la progression est exponentielle. Le nombre de cas augmente en se multipliant en lieu et place de la simple addition. D’où, la prévention recommandée par tous les spécialistes exige de veiller au grain, de situer chaque cas dans ses limites et de le suivre dans ses progressions.  Donc, en l’espèce, le déconfinement de la Gombe, loin s’en faut, se ferait avec des mécanismes de prévention déjà connus de tout le monde.

Si l’affaire de badges d’accès peut tomber et être mise de côté, le lavage des mains à l’entrée de la ville, le port obligatoire  des masques et la limitation du nombre des personnes dans les moyens de transport en commun, seront maintenus.

Le gouvernement central, l’Hôtel de ville, l’équipe de riposte ainsi  que la Task Force présidentielle, sans oublier, évidemment, le Fonds National de Solidarité dans la lutte contre Coronavirus, la nouvelle structure de Dominique Mukanya, et tous les services attitrés veilleront à ce qu’un tel déconfinement de la Gombe  à l’horizon du pic annoncé pour fin mai ou début juin 2020, ne soit pas une occasion de rechute. Parallèlement, dans le reste de la ville et, même du pays, les autres mesures seront prises pour que les autres secteurs de la ville nationale s’activent également.

Aussi, les Chefs des confessions religieuses, au cours  d’une rencontre   hier, avec  le Premier Ministre, ont-ils demandé qu’il soit examiné, lors des prochaines délibérations du Conseil des Ministres, la possibilité de laisser les églises ouvrir leurs portes, tout en leur exigeant, cependant, d’imposer les gestes barrières à leurs fidèles.

Car, l’on ne comprendrait pas  comment les gens peuvent vers les différents marchés publics  de la capitale alors que les fidèles, eux, ne peuvent pas aller vers leurs églises où ils peuvent, pourtant, se contrôler, se sont-ils interrogés, selon l’Abbé Nshole. Par contre, d’autres mesures préconisées pour réguler la vie publique, à l’instar de funérailles,  fêtes et manifestations  à forte mobilisation des populations,  resteront encore  d’application jusqu’à nouvel ordre. Il va sans dire qu’en vertu de l’état d’urgence qui, bientôt, va être  levé, les lignes  bougeront  du côté de  l’isolement de Kinshasa et de  la fermeture des frontières  décrétés autrefois sur l’ensemble du pays.  La prudence sera, toutefois, le maître mot, face à cette pandémie aux élans ravageurs. Tel sera, d’ailleurs, le bout d’un nouveau départ. Car, il restera à se prononcer sur les cas d’écoles, d’universités et instituts supérieurs, des concerts et autres activités similaires.

LPM