Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Affaire 100 jours : Fulgence Bamaros, Benjamin Wenga et Modeste Makabuza devant la barre !

Affaire 100 jours : Fulgence Bamaros, Benjamin Wenga et Modeste Makabuza devant la barre !

This post has already been read 470 times!

Ce vendredi 29 mai 2020, la Cour d’Appel de Kinshasa/Gombe siégeant en audience foraine à la Prison Centrale de Makala va juger les Directeurs Généraux du Fonds National d’Entretien Routier (FONER), de l’Office des Voiries et Drainage (OVD) et de la Société Congolaise de Construction (SOCOC), dans le cadre des dossiers de détournement des fonds alloués au programme intérimaire de 100 jours du Chef de l’Etat. En détention préventive, ces dirigeants d’entreprises ont été jetés à Makala depuis plusieurs semaines. Le même jour, débute également le procès de l’Evêque Pascal Mukuna placé sous mandat d’arrêt provisoire suite à la plainte de Mamie Tshibola.

Dans cette affaire dont le jugement se déroule parallèlement à l’affaire Jammal – Kamerhe – Muhima, le pouvoir judiciaire est à la recherche d’indices prouvant le détournement de sommes faramineuses. Fulgence Bamaros Lobota est accusé d’avoir détourné 12.500.000 dollars américains logés à la Trust Merchant Bank (TMB) pour le compte de SOCOC et destinés aux travaux de voiries dans les villes de Goma (Nord-Kivu) et Bukavu (Sud-Kivu).

Quant au DG de l’OVD, Benjamin Wenga, il est poursuivi pour avoir signé avec Modeste Makabuza, DG de SOCOC, un contrat de 30.000.000 de dollars américains alors que cette entreprise n’avait pas encore exécuté, en mode de préfinancement, les travaux de voiries à Goma et Bukavu, violant ainsi la procédure de la dépense publique. Et, le DG de SOCOC est poursuivi pour les mêmes faits que celui du FONER.

L’audience foraine prévue ce vendredi va certainement tirer au clair cette situation et établir, dans la foulée, d’autres complicités. Le public verra aussi le bras de fer opposant Mamie Tshibola à «l’homme de Dieu» Mukuna accusé de viol, rétention illicite de documents parcellaires et menaces de mort. La justice est en marche.

La Pros.