Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Covid-19 : La RDC a perdu déjà prés de 45 millions Usd dans son secteur culturel

Covid-19 : La RDC a perdu déjà prés de 45 millions Usd dans son secteur culturel

This post has already been read 611 times!

La Covid-19 a affecté le secteur culturel et créatif  de la République Démocratique du Congo, comme dans d’autres du pays du monde, avancés ou en développement. En RDC, renseigne une enquête, le secteur culturel et créatif a perdu 44.374.287 Usd au deuxième trimestre 2020 suite aux mesures liées à la lutte contre la pandémie. 

Ce montant représente 29.260  reports ou annulations d’activités –évènements-projets (édition, cinéma, musique, spectacle vivant, arts visuels, audiovisuel, évènementiels, mode, design, patrimoine culturel, bibliothèque…).

L’investissement global fin 2020 pourrait atteindre 177.497.147 Usd. Ce flux financier représente 0.34 % du PIB de l’année 2019. La moyenne africaine est située à 1.1% (2018).

Les secteurs les plus touchés sont :

  1. Les industries du contenu (cinéma, audiovisuels, arts visuels et numérique) ;
  2. Les arts du spectacle vivant (théâtre, musique live, festival…).

Selon le professeur Ribio Nzeza, Président honoraire de la Fondation ‘‘Panafricain Music in Africa’’, l’impacte économique de la Covid-19 sur le secteur culturel et créatif congolais, est évidemment à des degrés divers.

Son étude évalue afin de quantifier et de jauger jusqu’à  combien le secteur en a subi de plein fouet  les conséquences.

De manière très spécifique, des chiffres sont donnés, des montants calculés, des simulations faites à partir d’une enquête en ligne menée entre mars et mai 2020.

Si l’investissement annuel du secteur sans Covid-19 aurait atteint 1.61% du budget de l’Etat et 0.34% du PIB 2019 non loin de la moyenne africaine (1.1%), il y a lieu d’y accorder grande attention. La diversification de l’économie tant souhaitée et la sortie du « tout-minier » l’exigeraient.

Le secteur culturel et créatif congolais est résilient. Il pourra se remettre sur les rails et même prospérer.

Tout dépend des mesures intermédiaires à prendre et surtout de l’anticipation de la gestion post COVID-19.

D’où, il y a nécessité que les experts et dirigeants du secteur culturel réfléchissent et proposent urgemment  des pistes d’un cadre pragmatique de relance pour sauver de manière socio- économique la culture en RDC.

Jordache Diala