Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

RDC: «Faute de preuves », Kamerhe a finalement saisi l’ONU !

RDC: «Faute de  preuves », Kamerhe a finalement saisi l’ONU !

This post has already been read 588 times!

*C’est finalement le 9 juin que l’Avocat français et ancien Bâtonnier de Paris Pierre-Olivier Sur (« POS ») a saisi le Groupe de Travail de l’ONU sur la détention arbitraire au sujet de son client, Vital Kamerhe, Directeur de cabinet du Président Félix Tshisekedi.

Aux côtés des Avocats congolais Jean-Marie Kabengela Ilunga, Doyen honoraire du Barreau de Kinshasa, et Kabila Muana Kabila, POS, du cabinet Fischer, Tandeau de Marsac, Sur & associés (FTMS), affirme qu’il n’est pas prouvé que la détention de Vital Kamerhe soit une mesure nécessaire à la poursuite de l’enquête pour soupçons de détournements de fonds contre lui.

Les avocats, qui assurent que le dossier ne contient « aucune preuve de flux financiers coupables », dénoncent aussi les conditions d’incarcération du directeur de cabinet à la prison de Makala, à Kinshasa, qui est surpeuplée et a compté des cas de Covid-19.

La saisine de l’ONU devrait donner une ampleur internationale à l’affaire et à la défense de Vital Kamerhe.

POS prévoit, à son agenda,  de se rendre à Kinshasa dès que l’atténuation de la pandémie le permettra pour assister aux audiences en cours au niveau du Tribunal de Grande Instance de Kinshasa/Gombe siégeant en chambre foraine à Makala.

Déjà, hier, peu avant l’ouverture  de plaidoiries,  le Procureur a requis 20 ans des  «travaux forcés» et «dix ans de déchéance de droits d’exercer une fonction publique» à l’encontre du  Directeur de cabinet du Président de la République, jugé avec deux co-accusés pour des détournements des derniers  publics. Dans le même ordre d’idées, Kamerhe avait également saisi la Cour Constitutionnelle en inconstitutionnalité de la procédure, telle qu’elle a été adoptée, du moins  jusqu’ici, pour justifier sa détention en prison, depuis plus de deux mois,  dans le cadre du procès de 100 jours encore en cours en RD. Congo.

LPM