Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

L’Etat de droit de nos rêves est-il entrain de s’effondrer en même temps que nos rêves ?

L’Etat de droit de nos rêves est-il entrain de s’effondrer en même temps que nos rêves ?

This post has already been read 260 times!

Un VP Ministre et un procureur général, l’un à l’insu de son Premier ministre, chef du gouvernement, l’autre sur une requête individuelle, décident de bloquer le siège inviolable d’une institution de la République, le parlement en pleine session ordinaire prévue et se tenant sur base d’un calendrier inscrit dans la constitution.
A cette allure, ne nous sommes   pas loin de  l’avènement d’un Etat policier, où le policier et sa matraque ont le dernier mot sur toute institution, et l’avènement d’un gouvernement des juges, ou le juge devient,  à la fois,  législateur et pouvoir exécutif chargé d’exécuter ses propres décisions, sans,  par ailleurs,  être revêtu d’aucune légitimité démocratique ou populaire, ne devant son poste qu’à une nomination et non une élection.

Bientôt, il n’y aura plus de surprise, au vu de ce qui se passe, si demain, un procureur fermait le cabinet du ministre de la justice ou le palais de la Nation suite à une plainte individuelle relative  à un conflit de travail.

Il est temps que les animateurs des institutions se ressaisissent en faisant preuve, dans l’exercice de leurs fonctions, de la compétence, de l’intelligence et de discernement pour connaître, non seulement l’étendue de leur pouvoir, mais aussi les limites de leur pouvoir.
Le salut de la Nation en dépend.

Prof. Nyabirungu Mwene Songa