Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Désamour !

This post has already been read 4005 times!

Je t’aime, moi non plus ! Telle est l’atmosphère au sein de la coalition FCC-CACH où, manifestement, plus rien ne va. Pourtant, ces deux regroupements politiques avaient juré de convoler en justes noces. Au Kempinski Fleuve Congo Hôtel, les acteurs en présence s’étaient engagés pour le meilleur et pour le pire en juillet 2019. Mais, depuis un certain temps, l’opinion constate plutôt des vues rivales, des positions aux antipodes. Que cache FCC-CACH ?

Tenez ! L’un des acteurs-clés de la messe de Kempinski, en l’occurrence Jean-Marc Kabund, vient d’être débouté par la Cour constitutionnelle. Sa requête a été déclarée recevable mais non fondée par cette Haute Cour après que le Conseil d’Etat ait bloqué la machine de son remplacement à l’Assemblée nationale, vendredi 12 juin, dans l’attente de la sentence de la Cour Constitutionnelle. Ipso facto, Kabund est définitivement défenestré du perchoir de la Chambre basse du Parlement où il occupait le poste de 1er Vice-président. Coup dur !

Certainement sous l’effet de la colère, plus d’une centaine de collègues Jean-Marc Kabund avaient déjà commencé à apposer leurs signatures sur une nouvelle pétition initiée par l’Honorable Didier Manara du PPRD au cas où la Cour constitutionnelle réhabiliterait par son arrêt le «maître-nageur» déchu. Parce que beaucoup ont dans la mémoire la journée mouvementée du vendredi 12 juin 2020 lorsque des éléments de la police avaient barré la route aux élus du peuple pour leur empêcher de procéder à l’élection de la remplaçante de Jean-Marc Kabund, la Députée nationale Patricia Nseya issue, comme lui, du groupe parlementaire UDPS et Alliés.

Des observateurs avertis perçoivent en cette bataille judiciaire menée par le président ad intérim de l’UDPS comme un acte de rébellion vis-à-vis de l’Autorité morale de ce parti au pouvoir qui n’est autre que le Président de la République, Félix Tshisekedi. C’est ce dernier qui avait, lors de sa rencontre avec les parlementaires UDPS et Alliés, tranché en faveur de la candidature de l’Honorable Patricia Nseya. Peut-on dans ce cas parler de la discipline du parti ? Certainement pas.

Sur un autre registre, Augustin Kabuya, Secrétaire Général a.i. de l’UDPS désigné par Jean-Marc Kabund, a dénoncé la désignation entachée d’irrégularités, par le FCC sous couvert de quelques confessions religieuses, de l’actuel Secrétaire Exécutif de la CENI, Ronsard Malonda, comme candidat au poste de Président de cette institution d’appui à la démocratie. Kabuya redoute la fraude électorale en 2023 comme sous l’équipe de Corneille Nangaa en décembre 2018. N’est-ce pas une manière de décrier l’élection de son chef, Félix Tshisekedi ?

Pour masquer ce désamour, FCC et CACH feignent de se partager le gâteau à travers des nominations au sein des entreprises du portefeuille. Pendant ce temps, l’un des piliers de ce mariage, Vital Kamerhe, attend le verdict de son procès à la Prison Centrale de Makala. Mais, jusqu’où ira cette coalition de façade ? L’avenir nous réserve encore bien d’autres feuilletons.

La Pros.