Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Sud-Kivu : les professeurs de l’Université officielle de Bukavu exigent l’amélioration de leurs conditions sociales

Sud-Kivu : les professeurs de l’Université officielle de Bukavu exigent l’amélioration de leurs conditions sociales

This post has already been read 328 times!

A travers une déclaration rendue public le week-end dernier, les professeurs de l’Université officielle de Bukavu (UOB) s’inscrivent dans la même lutte que leurs paires de l’Université de Kinshasa (UNIKIN) pour réclamer non seulement la majoration de leur salaire, la suppression de l’IPR, mais aussi l’amélioration de leurs conditions de travail et ceux de leurs collaborateurs.

Ces professeurs notent l’insouciance du gouvernement central observée dans la réponse à leurs réclamations relatives aux conditions salariales et de travail, à la mécanisation de nouveaux Docteurs à thèse et le paiement à leurs grades des chefs de travaux, assistants et autres membres du personnel, ainsi que la retenue de l’IPR sur la prime institutionnelle qui, en cette période de covid-19 et du fait de la dépréciation du franc congolais, vient aggraver davantage leur situation sans indexation sur une devise stable.

Dans leur déclaration, les professeurs de l’Université officielle de Bukavu relèvent également les conditions de misère dans lesquelles croupissent les employés congolais dont ils font partie, les conditions de travail misérables exacerbés par manque des frais de fonctionnement et la promesse des frais de soins de santé et le logement qui ne sont pas toujours réunis bien qu’étant garantis par la loi.

Au vu de tous ces motifs, tout en apportant un soutien total aux revendications faites par leurs paires de l’UNIKIN, ces professeurs exigent la matérialisation de promesses précédentes et la réponse aux revendications actuelles.

Notons que cette déclaration fait suite à celle des professeurs de l’université de Kinshasa datant du 15 juin 2020 et contenant des revendications similaires à celles-ci.

Frédéric Bagalwa