Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Front Commun !

This post has already been read 8253 times!

Le Congo de Kasa-Vubu, Lumumba, Mobutu, Kabila I et II et Tshisekedi, va finalement commémorer, dans quelques jours, le soixantième anniversaire de son indépendance, dans un climat politiquement très difficile, marqué par plusieurs crises intempestives qui ne favorisent aucunement son éclosion. Ces crises sanitaire, institutionnelle et sécuritaire dérangent la quiétude des congolais lambda et mettent en mal la  vie du petit peuple. Pourtant, ce dernier, souvent habitué à organiser de grandes manifestations dans le seul but de se remémorer ce qu’a été la lutte des héros de l’indépendance, va se limiter à la médiation, en 2020.  Hélas ! Cette fois-ci, le temps ne favorise pas une célébration XXL comme ce fut le cas dans le passé. Quelle désolation ! La mémoire collective des congolais reste à jamais préoccupée par la situation macabre du moment, marquée par la crise sanitaire mondiale et l’état d’urgence proclamé par le Chef de l’Etat ; l’insécurité au Nord-Kivu, Sud-Kivu et en Ituri. Sans oublier l’apparition du Virus Ebola à Mbandaka.

Face à ce qui précède, un front commun de tous les congolais, de toutes tendances confondues, ne ferait-il pas le poids pour combattre ces fléaux qui gangrène le Congo démocratique ? Il y a donc matière à réfléchir. Dans la rue, une véritable bataille gagne du terrain. Les militants de certains partis politiques hostiles aux trois propositions de lois initiées par Minaku et Sakata ont, après les 23 et 24, manifesté pour la énième fois dans le Kasaï. Ils sollicitent le retrait de ces propositions à leurs yeux démocraticides. En Dépit des actes répréhensibles, de vandalisme et de violence qui n’inspirent, au passage, ni démocratie, ni paix, il n’y a pas de place aux discours politiques incendiaires et partisans dont l’objectif viserait à jeter de l’huile au feu.  Le Congo n’est ni à vendre, ni à détruire. Le Congo est à tous. Certaines langues sont d’avis qu’il est important pour la coalition au pouvoir de se ressaisir et d’écouter la voix du peuple en faisant un Front commun,  non pas pour des intérêts politiques, mais pour faire avancer la République  vers son émergence et son développement tant attendu. La violence demeure inacceptable. Toutes les parties, toutes tendances politiques sont appelées  à faire preuve de retenue afin que chacun puisse exercer ses droits à la liberté d’expression et de manifestation, de manière pacifique. Front commun pour le bonheur du peuple congolais, c’est ce dont demande le peuple.

La Pros.