Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

RDC : Synamac crie à l’inconstitutionnalité des lois Minaku et Sakata

RDC : Synamac crie à l’inconstitutionnalité des lois Minaku et Sakata

This post has already been read 278 times!

Le Palais du peuple était en ébullition le mercredi 24 juin 2020. A la base, les motocyclistes dénommés ‘’wewa’’ ont exprimé leur ras-le-bol sur les lois dit Minaku et Sakata. En réaction, le Syndicat National des Magistrats du Congo (SYNAMAC) que dirige le président Edmond Isafu N’kanga a réuni ses magistrats dans une assemblée extraordinaire au Parquet général de Kinshasa/Matete dans la commune de Limete. Cette structure a mis en garde contre la caporalisation du pouvoir judiciaire en Rd Congo, aux propositions de lois initiées au parlement par les députés nationaux Aubin Minaku et Garry Sakata, tous professeurs de droit à l’Unikin. Pour le président de Synamac, que ces propositions de lois soient tout simplement retirées, car elles sont inconstitutionnelles.

Ils étaient venus de tous les quatre coins de la capitale pour répondre à l’invitation lancée par le président du Synamac, Edmond Isafu. Les magistrats ont  bravé la peur de la Covid-19 pour ainsi donc de se prendre en charge et s’attaquer immédiatement aux propositions de lois initiées par les deux députés nationaux. Tous comme un seul homme ayant une même pensée et un même langage, ils ont décidé de récolter sur l’ensemble du territoire national un grand nombre de signatures, avant de constituer un dossier et saisir le Président de la République pour lui signifier de l’inconstitutionnalité de ces propositions de lois Minaku et Sakala.

Sur ce, ils comptent également déposer une requête en inconstitutionnalité  à la Cour constitutionnelle. Et comme cela ne suffit pas, les hommes en toge noir se disent prêt à affronter le bureau de l’Assemblée Nationale au temple de la démocratie avec un document à l’appui pour démontrer noir sur blanc ou article après article cette inconstitutionnalité.

Selon le président de cette structure, ces propositions visent à caporaliser l’appareil judiciaire Rd congolais. C’est sans ambages, déclare-t-il, que ces propositions de lois soient tout simplement retirées, car elles sont inconstitutionnelles. Avant de poursuivre que ces lois donnent au ministre de la justice un pouvoir que même la constitution ne lui accorde pas. Le pouvoir de nommer les magistrats est la compétence du Président de la République.

JB