Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Affaire «VPM Tunda» : réactions musclées de Sylvestre Ilunga et Emmanuel Shadary !

Affaire «VPM Tunda» : réactions musclées de Sylvestre Ilunga et Emmanuel Shadary !

This post has already been read 343 times!

*Incroyable mais vrai. Kinshasa a connu un samedi mouvementé au plus haut sommet de l’Etat. Le Vice- Premier Ministre et Ministre de la Justice et Garde des Sceaux, Célestin Tunda ya Kasende, a été interpellé au Parquet Général près la Cour de Cassation. Après près de cinq heures d’audition, ce membre du Gouvernement Ilunga Ilunkamba est rentré chez lui en homme libre pour les uns, et placé en résidence surveillée pour les autres. C’est qui est vrai est qu’il a fait un tour au siège de son parti, le PPRD, où il s’est affiché aux côtés d’Emmanuel Ramazani Shadary, le Secrétaire Permanent, et de bien d’autres cadres et militants. Tard dans la soirée de ce 27 juin 2020, le Chef du Gouvernement, Sylvestre Ilunga, a tenu une réunion d’urgence suite à cette «arrestation brutale et arbitraire» qui secoue son équipe.

«Les membres du Gouvernement ont exprimé leur indignation pour l’humiliation subie par leur collègue, en violation des règles élémentaires de l’Etat de droit. Tout en lui exprimant leur solidarité, ils désapprouvent et condamnent cette arrestation arbitraire […] Cet incident grave et sans précédent est de nature à fragiliser la stabilité et le fonctionnement harmonieux des institutions et à provoquer la démission du Gouvernement». Ces extraits sont tirés de la déclaration lue par le Porte-parole du Premier Ministre.

Visiblement en colère, Sylvestre Ilunga Ilunkamba a demandé, entre autres, au Président Félix Tshisekedi d’assurer le respect de l’Etat de droit, de garantir le secret des délibérations du Conseil des Ministres, consacré par l’ordonnance n°20/016 du 27 mars 2020, de saisir le Conseil Supérieur de la Magistrature pour l’ouverture d’une action disciplinaire à charge des magistrats qui ont procédé à l’arrestation arbitraire du Vice-Premier Ministre, Ministre de la Justice et Garde des Sceaux.

Le Chef du Gouvernement interpelle, enfin, les services de police et de sécurité, en ce que leurs agissements doivent se baser sur le strict respect de la Constitution et des lois de la République.  «Dès que les responsabilités seront établies, les auteurs seront punis», conclut-il.

En visualisant sur les réseaux sociaux le film de cette arrestation digne d’un scénario hollywoodien, un nombre impressionnant d’hommes en uniforme avec à leur tête un Général ont débarqué dans la résidence du VPM Tunda qu’ils ont encerclée. Après avoir ôté à ce dernier les éléments de sa garde, ils ont escaladé les murs pour aller cueillir cette haute personnalité tel un malfrat, un bandit de grands chemins. Pendant son acheminement au Parquet Général près la Cour de Cassation, les fameux «Wewas», motocyclistes proches de l’autre camp politique, ont escorté la deuxième personnalité du Gouvernement tel un trophée, «au nom de l’Etat de droit».

Aussi, la réaction du PPRD, parti auquel le VPM Tunda appartient, a-t-elle été virulente après sa libération. Emmanuel Ramazani Shadary a déclaré avoir l’impression que la démocratie est étouffée et que s’installe, petit à petit, une dictature plus forte que celle de Mobutu, Maréchal du Zaïre. Ce proche collaborateur de Joseph Kabila a promis de barrer la route à ce genre d’entreprise.

Face à la presse, Shadary a rappelé, par ailleurs, que les enquêtes sur les détournements des fonds alloués au programme intérimaire de 100 jours du Président de la République, c’est l’initiative du Vice- Premier Ministre  Célestin Tunda et personne d’autre. Dans un speech au siège du PPRD, ce dernier a lâché qu’il a été relaxé sur intervention de «Ye mei». Ce «Ye mei» lui a dit de ne pas avoir peur. A qui le VPM Tunda faisait-il allusion ?

En raison de ces empoignades répétées entre les partenaires politiques FCC – CACH, un cataclysme profile à l’horizon. La RDC est sur une pente très dangereuse à l’aube de ses 60 ans d’indépendance. «Le peuple d’abord» doit cesser d’être un simple slogan. Parce que quand les éléphants se battent, c’est l’herbe qui en pâtit.

La Pros.