Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Prétendu incident lors du 37ème Conseil des ministres : la Présidence de la République dissipe le malentendu

Prétendu incident lors du 37ème Conseil des ministres : la Présidence de la République dissipe le malentendu

This post has already been read 208 times!

Avant même la fin de la 37ème réunion du Conseil des ministres tenue vendredi 26 juin dernier, des rumeurs ont fait état d’un incident qui serait survenu, occasionnant le départ brutal du Président de la République, Félix Tshisekedi qui, depuis son bureau, aurait stoppé sa participation à cette visioconférence. Des allégations que la Présidence de la République a très vite recadrées dans une mise au point signée  Kolongele Eberande, Directeur de Cabinet a.i. du chef de l’Etat.

«Le cabinet de son Excellence Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat, vient apporter la précision suivante : devant participer à la Réunion extraordinaire des chefs d’Etats Africains, membres du Bureau de l’Union Africaine, tenue par visioconférence ce même après-midi du 26 juin 2020, le Président s’est trouvé devant un cas d’empêchement», peut-on lire dans ladite communication.

Selon ces rumeurs, l’incident aurait eu pour cause une action du Ministre de la Justice, Tunda ya Kasende, qui avait transmis des observations au nom du Gouvernement sur les projets des lois controversés de Minaku et Sakata, lesquels étaient, deux jours plus tôt, à l’origine des violences et manifestations publiques observées dans la Capitale et quelques autres villes du pays. En apprenant que le ministre de la Justice avait transmis un avis favorable à l’examen de cette loi, Félix Tshisekedi se serait mis en colère et aurait stoppé sa participation à cette réunion.

La Pros.