Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

RDC : Jean-Paul Moka interpelle Félix Tshisekedi et Joseph Kabila !

RDC : Jean-Paul Moka interpelle Félix Tshisekedi et Joseph Kabila !

This post has already been read 720 times!

*Depuis son terreau de Bruxelles, le lieu où la pandémie devenue planétaire en raison de ses ravages à travers l’humanité qu’elle décime, du reste, sans pitié, ni atermoiement, Jean-Paul Moka écrit une lettre ouverte à l’actuel Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo et  à Joseph Kabila, l’Autorité Morale du FCC et, en même temps, Sénateur à vie. Il y reconnaît, certes,  que les efforts, quoique déjà engagés, sont loin d’atteindre la vitesse de croisière en raison notamment,  de la remise à niveau de la formation scolaire et académique de notre peuple ; le renforcement et la croissance de notre PIB ainsi que le contrôle fiscal à tous les niveaux ; la moralisation des pouvoirs publics et,  enfin,  un effort sans réserve du financement et la professionnalisation de nos forces militaires, policières, sans oublier les services de sécurisation connexes. ‘’Vous y avez certainement pensé, cependant,  ce sont les points deux et trois qui demeurent les éléments déclencheurs et à renforcer à tout prix. Toutes les mesures que vous avez prises sont probablement bonnes mais les exécutants peinent à les appliquer. Afin d’y remédier, il serait utile et hautement conseillé d’établir un tableau précis des profils les mieux adaptés de leurs animateurs. Malheureusement le cadre culturel demeure un grand frein à la réalisation efficiente du troisième point, c’est-à-dire : «La moralisation des pouvoirs publics », explique-t-il. Plus loin,  dans cette même lettre ouverte, il recommande l’organisation des stages de formation ainsi qu’un suivi rigoureux « à la MATATA PONYO » au Botswana, en Ethiopie, à Singapore et ou encore aux Iles Maurice peuvent ajouter de la valeur quantifiable, pour des résultats concrets et durables. A son avis, une telle stratégie nationale pendant 10 ans,  accompagnée d’un contrôle mensuel permettra de progresser dans la liste des pays émergents, si nous maintenons la stabilité politique. Les entreprises privées demeurent la vraie solution pour notre économie et nul besoin de rappeler l’importance des petites et moyennes entreprises. D’ailleurs, l’allégement fiscal et exceptionnel du à la pandémie est une excellente décision, cependant les projections macroéconomiques s’annoncent périlleuses entre les mois d’octobre 2020 et Janvier 2021. ‘’Face à des telles perspectives, il serait bien conseillé de trouver toutes les stratégies possibles afin de maintenir la paix sociale. Des solutions créatives et alternatives devraient rapidement se mettre en place pour pallier au déficit fiscal prévisionnel’’, avance-t-il en guise de pistes à exploiter pour ne pas l’essentiel sur l’autel des intérêts partisans.  ‘’Ne comptez pas beaucoup sur les accords des institutions de Bretton Woods. Elles vous feront perdre un temps précieux dans leur applicabilité et surviendront comme les « secours qui arrivent lorsque tous les problèmes sont déjà résolus ». Seules,  les initiatives locales et africaines devraient vous servir d’appui’’, conclut-il.

 

LETTRE OUVERTE AU CHEF DE L’ETAT, S.E FELIX ANTOINE TSHISEKEDI AINSI QU’AU PRESIDENT HONORAIRE DE LA REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO, S.E JOSEPH KABILA KABANGE
Bruxelles, le 2 juillet 2020

Vos Excellences,
Recevez toutes mes félicitations pour le retrait des propositions de loi MINAKU et SAKATA, du moins temporairement, afin d’en méditer à têtes reposées ses réelles implications. De même qu’il est fort agréable de voir les deux présidents échanger paisiblement sur l’avenir de nos concitoyens, une fois encore. Il s’agit bel et bien d’un héritage sans prix, ni commune comparaison du précédent locataire du palais de la nation, S.E JOSEPH KABILA KABANGE.
Absent de mes charges à Kinshasa et retenu à Bruxelles suite à la fermeture de nos frontières à cause de la pandémie, permettez-moi de vous souhaiter une bonne fête pour notre 60ème anniversaire de l’indépendance ainsi que la reconnaissance de notre Président Joseph KASA-VUBU, comme héros national.
Vos Excellences,
L’avenir de nos enfants sera radieux, grâce aux efforts que vous posez si stoïquement aujourd’hui.
Il est tout aussi vrai que le chemin reste encore difficile pour les raisons principales suivantes:
1. La remise à niveau de la formation scolaire et académique de notre peuple
2. Le renforcement et la croissance de notre PIB ainsi que le contrôle fiscal à tous les niveaux
3. La moralisation des pouvoirs publics
4. Et enfin,  un effort sans réserve du financement et la professionnalisation de nos forces militaires, policières, sans oublier les services de sécurisation connexes.
Vous y avez certainement pensé, cependant,  ce sont les points deux et trois qui demeurent les éléments déclencheurs et à renforcer à tout prix. Toutes les mesures que vous avez prises sont probablement bonnes mais les exécutants peinent à les appliquer. Afin d’y remédier, il serait utile et hautement conseillé d’établir un tableau précis des profils les mieux adaptés de leurs animateurs. Malheureusement le cadre culturel demeure un grand frein à la réalisation efficiente du troisième point, c’est-à-dire « La moralisation des pouvoirs publics ».
Vos Excellences,
Des stages de formation ainsi qu’un suivi rigoureux « à la MATATA PONYO » au Botswana, en Ethiopie, à Singapore et ou encore aux Iles Maurice peuvent ajouter de la valeur quantifiable, pour des résultats concrets et durables. Une telle stratégie nationale pendant 10 ans,  accompagnée d’un contrôle mensuel permettra de progresser dans la liste des pays émergents, si nous maintenons la stabilité politique.
Les entreprises privées demeurent la vraie solution pour notre économie et nul besoin de rappeler l’importance des petites et moyennes entreprises. L’allégement fiscal et exceptionnel du à la pandémie est une excellente décision, cependant les projections macroéconomiques s’annoncent périlleuses entre les mois d’octobre 2020 et Janvier 2021. Face à des telles perspectives, il serait bien conseillé de trouver toutes les stratégies possibles afin de maintenir la paix sociale. Des solutions créatives et alternatives devraient rapidement se mettre en place pour pallier au déficit fiscal prévisionnel.
Vos Excellences,
Ne comptez pas beaucoup sur les accords des institutions de Bretton Woods. Elles vous feront perdre un temps précieux dans leur applicabilité et surviendront comme les « secours qui arrivent lorsque tous les problèmes sont déjà résolus ». Seules,  les initiatives locales et africaines devraient vous servir d’appui. Le seul pays à posséder les capitaux nécessaires, c’est-à-dire,  la CHINE, fait actuellement l’objet d’une campagne de dénigrement par les mêmes officines responsables de notre colonisation et du néo impérialisme. Nul n’est besoin de rappeler que notre pays est ouvert à tout le monde, aussi longtemps que notre dignité est respectée. Les États Unis d’Amérique semblent eux aussi très préoccupés par les récentes révélations sur la gestion des populations noires…
L’exemple Israélien dans le domaine de l’agro-alimentaire est à rechercher à tout prix, pour booster votre politique de relance de notre richesse agraire. Cependant,  les ressources financières sont actuellement entre les mains de certains cercles privés qui quémandent pour investir dans notre pays…
Vous m’excuserez d’avoir pris un peu de votre temps, par cette lettre ouverte.
Veuillez recevoir, chers Excellences, mes salutations les plus distinguées et patriotiques.

Professeur JEAN-PAUL MOKA NGOLO MPATI
Fils du Bâtonnier GUY BARTHEMEMY MOKA NGOLO NDOKO
Et Madame MUILA MILIE,
Au service du pays et des Congolais