Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Prétendu détournement d’1 million USD aux Mines : le SG Joseph Ikoli affirme avoir les mains propres et exige des preuves

Prétendu détournement d’1 million USD aux Mines : le SG Joseph Ikoli affirme avoir les mains propres et exige des preuves

This post has already been read 518 times!

«Désigné le 15 août 2017 aux fonctions de Secrétaire Général du Ministère des Mines, j’ai placé, dès le premier jour de mon mandat, sous le signe de la crainte de Dieu, de l’intégrité, de la bonne Gouvernance, de la lutte contre les anti-valeurs notamment, la corruption et le détournement des deniers publics», a déclaré sieur Joseph Ikoli Yombo à qui l’on impute la disparition d’un montant d’un million de dollars américains destiné aux primes des agents.

Le Secrétaire Général aux Mines met au défi quiconque présentera des preuves à cet effet. A titre pédagogique, Joseph Ikoli retrace, en effet, les procédures de retrait et de paiement des primes aux agents de l’Administration des Mines. Plusieurs étapes entrent en ligne de compte en vue de garantir la transparence.

S’agissant des procédures de calculs, retraits et  répartitions des primes, la première étape consiste à l’organisation des travaux de la Commission des experts mixtes Mines- DGRAD chargée de conciliation des chiffres. A l’issue de la réunion qui se tient habituellement dans les installations de la DGRAD, à laquelle le SG Ikoli précise qu’il n’y prend pas part, le montant de la rétrocession est connu de tout le monde.

Ensuite, le procès-verbal est présenté au Directeur Général de la DGRAD afin de signer le chèque y relatif en faveur de l’Administration des Mines et remis au Comptable Public Principal des dépenses affectées au Secrétariat Général des Mines. «En clair, le Secrétaire Général aux Mines ne retire pas le chèque et n’a pas la possibilité de percevoir directement l’argent dans une quelconque Banque pour le détourner». Précision de taille.

Quant à la troisième étape, le montant global de la rétrocession repris sur le chèque est mis à la disposition de la Cellule Financière et de la délégation syndicale, afin de procéder à la répartition suivant une tension fixée par les délégués syndicaux, et ce, par grade, sans la participation du SG aux Mines.

Parlant de nombres des primes payées aux agents des Mines depuis le mois d’août 2017, Joseph Ikoli souligne qu’ils ont été payés cinq fois (quatre fois en 2019 et une fois en 2020) correspondant au versement de cinq rétrocessions. Alors que pendant près de dix ans, l’Administration des Mines n’était pas alignée. Concernant la prime de rétrocession/DGRAD, les agents ont été payés, depuis août 2017 à ce jour, trente-cinq fois correspondant au versement de 35 rétrocessions par la DGRAD.

«De ce qui précède, quelle est la prime détournée ? Cette prime équivalant à un million de dollars américains (1.000.000 USD), elle devait provenir de quelle rétrocession ? De la DGRAD ? Du CEEC ? De quelle Régie Financière ?». Autant de questions que se pose le Secrétaire Général aux Mines.

Par ailleurs, Joseph Ikoli a témoigné sa gratitude à l’égard du Ministre honoraire des Mines, Martin Kabwelulu, qui l’avait nommé aux fonctions de Directeur de Cabinet Adjoint. Ses détracteurs ne sauront l’opposer à cet ancien membre du Gouvernement, encore moins à son successeur, le Professeur Willy Kitobo Samsoni.

«En conclusion, à mes détracteurs et/ou à mes adversaires qui cherchent à occuper ce poste de Secrétaire Général aux Mines, ce n’est pas de cette manière qu’ils l’obtiendront. C’est une voie satanique ou diabolique qu’ils sont en train d’emprunter. Je ne suis pas éternel à ce poste, je partirai un jour, comme mes prédécesseurs dans la dignité». L’affaire est donc tirée au clair. Page tournée.

La Pros.