Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Qu’attend Félix Tshisekedi pour convoquer le dialogue ?

Qu’attend Félix Tshisekedi pour convoquer le dialogue ?

This post has already been read 445 times!

La rue a parlé. L’UDPS, Lamuka ont déjà fait entendre leurs voix lors des marches de protestations du 9 et 13 juillet en cours. Le Comité Laïc de Coordination (CLC) et le Front Commun pour le Congo (FCC) vont aussi battre macadam, respectivement les 19 et 23 juillet 2020. Même si l’organisateur de la dernière marche, le camp politique de Joseph Kabila, demeure dans la logique du statu quo. Inhabituel, le Gouvernement piloté par Sylvestre Ilunga, au cours d’une rencontre tenue nuitamment, en appelle aux sociétaires de la coalition FCC – CACH à une évaluation et réclame la tenue urgente d’une réunion interinstitutionnelle. L’heure est grave. Tous les regards se tournent désormais en direction du Garant constitutionnel du bon fonctionnement des institutions, en l’occurrence, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo. Vivement un dialogue inclusif.

Dans son allocution à l’occasion de 60 ans d’indépendance du Congo, le Président de la République avait déclaré : «C’est pourquoi, en tant que garant constitutionnel du bon fonctionnement des institutions, je ne ménagerai aucun effort pour m’assurer, via un dialogue interinstitutionnel régulier, qu’aucune crise inutile ne puisse perturber la stabilité du pays, si importante pour son essor». Mais pareille rencontre ne se limiterait que dans le cadre de l’alliance FCC-CACH.

Comment sortir Félix Tshisekedi de la coalition FCC – CACH ? C’est le principal objectif des récentes marches dites pacifiques. Les morts et les blessés en constituent la facture salée. Son propre parti UDPS de même que ses anciens partenaires de la coalition Lamuka, pensent que le dialogue affranchira Félix Tshisekedi du joug du FCC, devenu obstacle majeur à sa présidence. En revanche, la famille politique de Joseph Kabila accuse le Chef de l’Etat, son parti politique et ses ex-équipiers de Lamuka dont Jean-Pierre Bemba, Moïse Katumbi et Martin Fayulu de vouloir mettre en œuvre «le plan de Genève». C’est là où celui qu’on surnomme le «soldat du peuple» avait été désigné comme candidat commun de l’opposition à la présidentielle de 2018. Aux yeux de son partenaire, le chef de file de CACH joue au bélier.

Que ça s’appelle consultations, concertations, discussions directes, évaluation ou dialogue, la terminologie importe peu, c’est là où le pays se dirige. La voie du dialogue est ouverte. Ces assises seront une remise en question, tabula rasa. Qui peut convoquer ce dialogue ? Seul le Président de la République en a les prérogatives comme ce fut le cas avec le Maréchal Mobutu lors de la Conférence Nationale Souveraine (CNS) ou Joseph Kabila au cours des Concertations nationales et autres forums. Félix Tshisekedi étant considéré comme artificier de la crise ou comme le plus grand commun diviseur, rien ne pourra donc se faire sans son implication.

Comme dirait un analyste patenté, les manifestations de rue sont un prétexte qui offre le contexte pour le texte. Tous les ingrédients sont réunis pour que le Président Tshisekedi signe l’ordonnance convoquant ces assises. Assignera-t-il la mission à un éventuel comité préparatoire d’en déterminer les participants et d’en fixer le lieu. Quels seront les termes de référence ? Ce probable dialogue sera, sans aucun doute, un contre-choc sur la coalition FCC – CACH d’où sortiront des décisions impératives et opposables à tous. Sans surprise, une résolution du Conseil de Sécurité des Nations Unies pourra appuyer une telle démarche.

Mais, qui en assurera l’arbitrage, la médiation ? Un sage de l’Eglise de la trempe du Cardinal Fridolin Ambongo ou les Evêques de la CENCO comme en fin de l’année 2016 ? Félix Tshisekedi ou ce comité préparatoire pourra, comme par le passé, jeté son dévolu sur un médiateur africain ou international.

Aussi, le mariage FCC – CACH est-il au bord de la rupture. En politique, les alliances se font et se défont. La société civile et l’opposition incarnée par Lamuka saisissent la balle au bond pour créer une nouvelle configuration politique en vue d’assurer une véritable alternance lors des prochaines élections qui peuvent avoir lieu peut-être avant 2023.

La Pros.