Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Socoda : qui a détourné 100.000 $ ?

Socoda : qui a détourné 100.000 $ ?

This post has already been read 646 times!

C’est une nouvelle crise qui pointe  à l’horizon. Verckys Kiamuangana Mateta ne veut pas lâcher le gâteau.  Depuis, son éjection inattendue au poste du Président du Conseil d’administration (PCA) de la Société congolaise des droits d’auteur et droits voisins, (Socoda), le doyen saxophoniste ne voit que le noir dans la gestion de cette coopérative des Artistes.

Lors d’une interview accordée à la presse, ce week-end, Verckys Kiamuangana accuse son successeur Nyoka Longo d’avoir détourné un montant de 100.000 dollars américains sur le 810.000 dollars  qui a été versé par la société de télécommunications Airtel, à la Socoda.

L’ex-PCA de la Socoda confirme à avoir de détenir les preuves d’un détournement.

En effet, il appelle les sociétaires et l’ensemble de la corporation artistique à exiger un audit général par un cabinet d’expert externe pour savoir les vraies dépenses  qui ont été engagées sur cette bagatelle somme par Nyoka Longo et le comité de gestion.

Cependant, le patron du groupe Vévé Immortel continue à réclamer son impérium. Pour lui, aucune Assemblée générale élective n’a été organisée pour élire un nouveau PCA de la Socoda qui va le remplacer à son poste.

«J’ai  choisi Nyoka Longo pour assurer mon interim pendant mon absence parce que j’avais des problèmes de santé. Il avait  même signé la lettre d’interim. Dommage, il ne veut plus quitter le poste à mon retour », fustige Kiamuangana Verckys.

En quoi cet argent a servi ?

Ce qui est vrai, cette unique société congolaise en charge de la perception et répartition des droits des artistes en RDC, avait bel et bien perçu un montant de 810.000 $ auprès d’Airtel, au début de l’année, affirme une source proche de son administration.

Donc, il revient à l’actuel Président du Conseil d’Administration ou au Directeur Général de la Socoda de se défendre et de prouver le contraire, en éclairant les ayants-droits sur l’utilisation ou les dépenses engagées avec cette somme de la société.

Pour  des raisons de traçabilité et transparence dans la gestion, ils seraient  mieux d’accepter l’audit externe.

Une fois faite, cette procédure permettra à Nyoka Longo qui est pointée du doigt de se laver de tous soupçons et surtout de toutes ces accusations faites par son prédécesseur.

En dépit de tout, il est malheureux de constater que des querelles persistent encore et toujours à la Socoda. Alors que les artistes ont besoin des réformes et de son développement qui vont booster les choses pour une meilleure croissance de la structure.

Les artistes ont chassé Jacques Mondonga et Blaise Bula qui ont posé la première pierre pour améliorer  la situation mais apparemment rien n’a changé  dans cette société.

Dans le milieu culturel, beaucoup d’observateurs avertis estiment qu’il est temps pour les législateurs de mettre en place une loi  afin de libéraliser le secteur de droit d’auteur en RDC. Ou carrément, que l’Etat prenne la direction de cette institution avec des nouveaux animateurs qualifiés qui  seront formés pour contrôler, fiabiliser et gérer  les données chiffrées en matière de gestion de droit d’auteur pour l’intérêt général des tous artistes.

Jordache Diala