Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Rumba: il y a 30 ans mourait Empompo Loway, le «meneur» !

Rumba: il y a 30 ans mourait Empompo Loway, le «meneur» !

This post has already been read 320 times!

Son nom ne dit absolument pas grand-chose à la jeune génération de la musique congolaise moderne qui se dirige  déjà vers les bordures de l’autoroute de la Rumba qui a été tracée par ses pères ancêtres.  Surnommé «Le meneur» par Pascal Rochereau Tabu Ley, Empompo Deyesse Loway est sans nul doute le meilleur saxophoniste de l’histoire de la musique congolaise moderne. Car, de l’autre côté de la rive (Brazzaville),  on savait tous la prouesse et ingéniosité de l’inévitable Jean Serge Essous (co-fondateur de l’orchestre OK Jazz, qui était proclamé comme le monstre du cuivre.

Entre 1974 et la fin des années 80, Empompo Loway a  marqué son temps à travers ses empreintes laissées dans le répertoire discographique de ce groupe dont le leader n’était  autre que le Grand maître Franco Luambo Makiadi.

En 1985, Pépé Ndombe, Sam Mangwana et  Empompo ont créé l’orchestre Tiers Monde Révolution.

Empompo Loway a également travaillé avec les chanteuses telles que Mpongo Love et Vonga Aye. Par ailleurs, il a aussi collaboré avec le guitariste Nico Kassanda. A la mort de Loway en 1990,  l’américain  Kern Braun, directeur de Stern Music aux USA l’avait qualifié de meilleur saxophoniste congolais du 21ème siècle.

Pour nombreux observateurs, Loway fait partie de la troisième école de la musique congolaise dont les mélancolies rythmiques ont donné esprit et âme dans plusieurs chansons et classiques de la Rumba. Car, il savait bien magnifier ses sonorités à travers son instrument à cuivre (saxophone) dont les mélodies touchaient profondément les mélomanes.

Au-delà de son instrumental, il fut aussi considéré  grand parolier grâce à ses écritures pittoresques dans différentes œuvres qui ont émaillé l’épopée Ok Jazz dans les 70 et 80.  Exemple : «La vie des hommes», «Ida» et «Celio».

J. Diala