Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Où est partie la race de bonnes femmes ?

Où est partie la race de bonnes femmes ?

This post has already been read 1403717 times!

En voie de disparition, les femmes de l’espèce de ma mère n’existent presque plus. Bientôt, on parlera d’elles comme on parle des dinosaures du moyen – âge. Ces femmes de haute moralité et dont le sens de maternité s’affichait avant la vingtaine.

Elle a disparu, cette femme qui s’inclinait d’un genou pour donner à son mari un verre d’eau. On ne la voit plus …celle qui parlait à son homme toujours en chambre en utilisant le dialecte sachant que les murs ont des oreilles. Elle s’est évanouie dans la nature celle qui attendait le moment pour dire à son mari qu’il n’avait pas raison de se fâcher. Elle est devenue rare celle qui disait :” Je suis prête à mourir pour mes enfants”.

Je la croise une fois l’an, celle qui vendait son pagne pour me payer les 4 couleurs de stylos. Je ne sais pas pourquoi je viens de penser à ma mère… pourtant,  hier elle était avec moi dans un deuil de famille. S’agissant des deuils, Mama se permettait de nous priver à manger pour servir d’abord une famille voisine qui était éprouvée.

Il me semble que la nature a horreur du vide. Voilà que le vide laissé est comblé par une autre espèce de femmes aux ongles artificielles, aux cheveux artificiels, à la peau artificielle, se disputant le pantalon jeans avec son mari, mâchant son Bazooka même en pleine réunion de famille où elle pense que le dernier mot lui revient.

Elle connaît tout… elle s’est faite pasteur sans nous proposer le féminin du nom, elle s’est faite médecin sans nous proposer le féminin du nom. Je la cherche à la cuisine…sans succès!

Je la trouve sur Facebook où elle étale son narcissisme et son pédantisme. Très exigeante et très orgueilleuse, la voilà qui vend son charme dans les réseaux sociaux aux plus offrants moyennant un sourire pharisaïque.

Ah Mama wetu!

Félix Kalala