Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

L’UNPC traverse une zone de graves turbulences

L’UNPC traverse une zone de graves turbulences

This post has already been read 1822 times!

C’est-ce qui ressort de la conférence de Presse convoquée par le Patriarche de la Presse Congolaise et premier Président de l’Union Nationale de la Presse Nationale Congolaise (UNPC), le Professeur Emérite Paul Malembe Tamandiak. Il était accompagné d’un autre ancien Président de la corporation réunissant les Professionnels de la Presse, en la personne de M. Kituntu Oleontwa et des Directeurs des diverses Commissions de l’UNPC. L’assistance relativement fournie venait des horizons divers du milieu de la presse Congolaise.

Son adresse devant ceux qu’ils considèrent comme les produits du travail acharné et d’une longue et pénible lutte pour obtenir la mise sur pied et la reconnaissance de la corporation des professionnels de la presse nationale consistait essentiellement à aider la corporation à surmonter une crise grave qu’elle est en train de traverser.

En effet, l’UNPC traverse une zone de turbulence aigue caractérisée par une rébellion d’un ancien Président de la corporation, M. Tshilunde, contre les structures statutaires reconnues. En effet, l’UNPC a traversé pas moins de quatre crises de cette sorte depuis qu’il avait été mis sur pied jusqu’à nos jours. Suspendu par le comité Directeur de l’UNPC conformément aux prescrits du statut de l’Union, M. Tshilunde avait introduit son recours et celui-ci avait été aussi rejeté.  Au lieu d’arrêter là son aventure, il s’est arrangé avec la justice pour contourner sa suspension et continuer à se  prévaloir de son statut de Président de l’UNPC. Il est soutenu par une ribambelle de jeunes individus qui ont été irrégulièrement incorporés et qui ne connaissent rien du statut de l’UNPC, ni de son fonctionnement.

Le Comité Directeur, en vertu des attributions lui reconnues par le statut et après plusieurs tentatives de le faire revenir à la raison, a décidé de chasser M. Tshilunde de ses structures, mais il s’en fiche éperdument. Il s’est mis en campagne pour organiser un congrès et a poussé l’outrecuidance jusqu’à demander et obtenir une contribution financière de la première dame du pays et de l’ancien Premier Ministre Matata Ponyo pour organiser un congrès. Ce Congrès serait programmé au mois d’octobre à Moanda.     Apparemment, il voudrait créer une autre UNPC à sa dévotion avec des animateurs à sa dévotion en dehors des prescrits du statut. Ce congrès là sera totalement illégal, illégitime et frauduleux.

Quelques questions furent posées à l’orateur pour savoir si le statut avait prévu un rôle pour les anciens Présidents et pour connaitre en quelle qualité il avait organisé cette conférence de presse. Il rétorqua que le travail effectué par lui pour mettre sur place la corporation et sa qualité d’ancien Président lui autorisait de faire cela. Une autre question fut posée par un autre intervenant pour lui demander si l’appui qu’il apporte au Vice- Président qui, d’après les statuts, dirige maintenant l’union n’obéit pas à des motivations tribales parce qu’il est de la province de Bandundu et le Vice-président en question aussi. Les protestations du Professeur furent tellement véhémentes qu’on aurait difficile à ne pas les croire sincères. Il finit par conclure que si le Congrès programmé avait lieu serait un congrès illégal, illégitime et frauduleux.

Laurent Bukasa