Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Palu : Congrès du 30 octobre prochain mal parti, Dorothée Gizenga fustige la restriction de l’ordre du jour !

Palu : Congrès du 30 octobre prochain mal parti, Dorothée Gizenga fustige la restriction de l’ordre du jour !

This post has already been read 1194 times!

Elle est d’accord avec  la tenue du Congrès, le 30 octobre prochain. Mais, elle fustige notamment,  la restriction de  l’ordre du jour que Sylvain Ngabu n’a limité qu’à la seule élection d’un Secrétaire Général, Chef du Parti,  ainsi que d’un Secrétaire Général Adjoint et des membres du Bureau Politique du  Palu.

Et, pourtant, peu avant le décès de Lugi Gizenga, il avait été institué une Commission préparatoire des travaux de ce  congrès-là.

Des mois durant avant, pendant et après les obsèques du Secrétaire Général a.i, cette dernière a travaillé d’arrache-pied. Et, finalement, elle a transmis les résultats de ses conclusions au Doyen du Bureau Politique, l’actuel Secrétaire Général a.i, pour les dernières dispositions à prendre.

Invités à en livrer l’économie des documents transmis, Dorothée Gizenga ainsi que les   membres de sa Commission ont tout fait,  pour éclairer les lanternes des membres du Bureau Politique sur la nécessité d’inscrire à l’ordre du jour, l’adaptation des textes vieux de 57 ans qui régissent le Palu,  avant l’élection de ses nouveaux dirigeants.

Quelle n’a pas  été sa  surprise de constater qu’en convoquant le Congrès pour le 30 octobre prochain, Sylvain Ngabu n’aurait en tête que l’idée du choix des animateurs sans, toutefois, intégrer les recommandations formulées par la Commission Préparatoire en vue de l’actualisation des textes du Palu devenus, à son avis,  obsolètes.

Appel à la sagesse

Tenez ! Dorothée Gizenga veut d’un Palu debout, d’un Palu à l’avant-scène  du microcosme politique.

Né des cendres de quatre partis, le Palu fut  le fruit d’une fusion. A l’origine, Antoine Gizenga qui en fut d’abord,  le Président et  puis, plus tard, le Secrétaire Général, en raison de sa foi en Lumumba ainsi qu’à tous ceux qui défendent le nationalisme jusqu’aux ongles, a maintenu le cap.

De tous temps,  face aux coups et aux péripéties de l’histoire, le Palu a traversé les âges. De génération en générations, il a su se frayer un chemin et se placer bien haut dans la compétition politique à l’échelle nationale.

Après la double perte enregistrée à la suite de la mort du Patriarche Antoine Gizenga et de  Lugi Gizenga respectivement, Secrétaire Général et Secrétaire Général a.i, le Palu  est, aujourd’hui, à la croisée des chemins.

Mayobo Godefroid, à la tête d’un groupe, s’est autoproclamé Secrétaire Général ad intérim. Alors que tous les autres sont restés coagulés autour de Sylvestre Ngabu, le Doyen parmi les membres du Bureau Politique et, désigné, de  surcroit, Secrétaire Général de facto, pour expédier les affaires courantes jusqu’à la tenue du Congrès.

Entretemps, une médiation du comité des sages du FCC menée  par Jaynet Kabila avait tenté dernièrement  de rapprocher les deux tendances. Alors que la  chose était apparemment  acquise, juste  après cette médiation, Mayobo Godefroid, reniant toutes ses signatures apposées au bas des   PV des réunions tenues, est revenu, paradoxalement,  sur  ses positions initiales et a repris sa posture périlleuse, celle  d’un Secrétaire Général ‘’autoproclamé’’ avec la ‘’bénédiction’’  du VPM à l’Intérieur, Gilbert Kankonde qui en aurait, semble-t-il, pris  acte.

Contre toute attente, la barque du Palu, du côté, de Sylvain  Ngabu qui, pourtant, bénéficie de la participation des enfants Gizenga encore en vie, veut, elle aussi, prendre de l’eau.

Déjà, le congrès,  tel que   convoqué sur fond d’une forte contestation, risque de déboucher sur de nouvelles dissensions internes.

D’où, sur un  ton calme et jusqu’ici mesuré,  Dorothée Gizenga lance un vibrant appel à Sylvain  Ngabu et à tous ceux qui l’entourent dans ce qui risque, très bientôt, d’être considérée comme une nouvelle  mésaventure politique au goût âcre   et les invitent à  rectifier le tir.  ‘’Il n’est jamais trop tard, pour mieux  faire’’, rappelle-t-elle.

LPM