Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

RDC : lancement des ateliers d’élaboration et d’actualisation des Projets Annuels de Performance des Ministères

RDC : lancement des ateliers d’élaboration et d’actualisation des Projets Annuels de Performance des Ministères

This post has already been read 510 times!

La journée du lundi 14 septembre a marqué l’ouverture des ateliers sur l’actualisation et l’élaboration des Projets Annuels de Performance (PAP) pour les secteurs de développement de la RDC, dans les installations de Caritas Congo. Des assises se tenant dans le contexte des attributions du Ministère du Budget, avec l’accompagnement du Coref dans le cadre du Projet PROFIT-CONGO, financé par la Banque Mondiale. La Loi relative aux Finances Publiques (LOFIP) a institué de nouvelles règles d’élaboration et d’exécution du budget aux niveaux central, provincial et local. Elle introduit notamment, l’approche de gestion axée sur les résultats pour améliorer l’efficacité des politiques publiques. Par une série d’actions, le Gouvernement de la République est en train d’introduire progressivement cette approche dans la gestion de ses finances publiques, à travers les outils de planification et de programmation budgétaire afin d’aboutir au basculement vers le budget-programme.

C’est dans ce cadre que le Ministère du Budget organise des conférences comme cadre des discussions autour des projets annuels de performance en indiquant les objectifs spécifiques et opérations, pour chaque programme et action ainsi que les indicateurs de performance (d’effet ou d’impact), les cibles et les résultats attendus.

Ces débats mettent en exergue l’état des lieux des actions prioritaires des services et les politiques qui les sous-tendent, en tenant compte des mesures contenues dans la lettre du Premier Ministre pour l’exercice 2021.

L’objectif global consiste à asseoir la démarche de la performance dans tous les Ministères à travers l’actualisation et la production des projets annuels de performance. La production de ces documents est une étape indispensable dans le processus de mise en place du Budget-programme. Une fois que ces documents seront produits, le Parlement aura les informations nécessaires pour apprécier les objectifs et les indicateurs ainsi que les actions rattachées au programme budgétaire, et ce à partir de l’exercice budgétaire 2021.

Ce faisant, l’aboutissement de cette mission conduit, in fine, à un renforcement des capacités  des administrations publiques à la démarche de performance.

De manière spécifique, il s’agit en premier lieu, d’harmoniser et enrichir la nomenclature programmatique validée pour chaque ministère avec comme architecture : institution ou ministère- programme-action ; deuxièmement, doter chaque programme ministériel d’un cadre de performance (stratégie, objectifs, indicateurs de performance et cibles); troisièmement, doter chaque action des objectifs, indicateurs et cibles opérationnels.

Quatrièmement, estimer les coûts pour chaque programme et action (nature-tâche-activité-action-programme-ministère) ; après, déterminer le périmètre de la mise en œuvre de chaque programme et action (services normatifs et opérateurs).

Ensuite, élaborer le projet annuel de performance (PAP) pour chaque ministère assisté, à annexer au projet de loi de finances 2021.

Et, enfin, renforcer les capacités sectorielles sur la réforme budgétaire en cours et particulièrement sur la démarche de la performance et la détermination des coûts des programmes budgétaires,  conformément aux dispositions de la loi relative aux finances publiques.

Au total, 34 ministères et 2 institutions sont retenus pour l’actualisation de leurs PAP. Et, 10 ministères et 1 institution sont retenus pour l’élaboration des PAP.

Dans la foulée des experts, il a été possible de recueillir les propos de M.  Kaluwa Muangala, Directeur administratif et financier du Ministère de l’EPS, qui a souligné la portée et la nécessité de l’actualisation du PAP de l’EPST, en vue de tenir compte des réformes et l’évolution dans le secteur de l’enseignement de base.

«Avec la gratuité de l’enseignement mis en vigueur dans l’ensemble de l’étendue nationale par le Chef de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi, et plusieurs autres facteurs ; il y a de quoi mettre les experts autour d’une table dans l’optique de rendre le secteur plus performant. Il a également salué l’accompagnement et le partenariat de la Banque Mondiale au travers de Profit-Congo qui ne cesse d’accompagner le Gouvernement dans ses efforts pour améliorer la gestion des finances publiques »

La Pros.