Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Opération ‘‘Bancarisation’’ : la Police Judiciaire des Parquets aux trousses de l’Association Congolaise des Banques

Opération ‘‘Bancarisation’’ : la Police Judiciaire des Parquets aux trousses de l’Association Congolaise des Banques

This post has already been read 581 times!

Dans une réquisition d’information N°5508/PGO30/3778/SEC/2020, le Procureur Général près la Cour d’Appel de Kinshasa/Matete, Sylvain Kaluila Muana, a instruit l’Inspecteur Général de la Police Judiciaire des Parquets à se rendre au siège de l’Association Congolaise des Banques située dans la commune de la Gombe, ‘’aux fins d’y obtenir les noms de différentes banques commerciales choisies pour assurer la paie des Agents et fonctionnaires de l’Etat depuis le début de l’opération de la bancarisation en 2011, jusqu’à ce jour’’. Dans cette même mission, il sera question pour lui d’obtenir de cette association également les copies de différents rapports des paies établies par ces banques faisant aussi mention des reliquats réservés sur le compte du Trésor public.

En effet, depuis l’entrée en vigueur de l’opération de la bancarisation en août 2011, sous le Gouvernement Matata, qui avait pour but d’éradiquer le phénomène de la rémunération des agents fictifs et des doublons, les enquêtes établies par la Police Judiciaire des Parquets ont malheureusement prouvé le contraire, indique le réquisitoire.

Des éléments recoupés de le Parquet de Kinshasa/Matete, il ressort que  ‘’depuis toujours le Trésor Public décaisse mensuellement plus de deux cents milliards de francs congolais pour un effectif de 1.220.458 fonctionnaires et agents de l’Etat. Il y a donc une cinquantaine de personnes qui se partagent mensuellement et aisément la somme de plus cinquante milliards de francs congolais au détriment du Trésor Public’’.

En clair, souligne la diatribe de PGR Kaluila Sylvain, l’opération de la bancarisation n’est pas encore parvenue à éradiquer le fameux phénomène de la rémunération des agents fictifs qui remontent à 1.333.253 et 43.253 doublons. En définitive, il en sera ainsi tant qu’on n’aura pas mis un terme à ce fléau par des mesures courageuses.

Voilà pourquoi, l’Inspecteur Général de la Police Judiciaire des Parquets est appelé à ‘’poser tout acte utile à la manifestation de la vérité’’.

La Pros.