Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

RDC : Pierre Lumbi Okongo classé dans l’ordre Bakanja-Kimbangu !

RDC : Pierre Lumbi Okongo classé dans l’ordre Bakanja-Kimbangu !

This post has already been read 1103 times!

Evénement historique. Jury sérieux. Ingrédients réunis.  Ainsi, à  titre posthume, Pierre Lumbi Okongo  aura-t-il  droit à un Grand Diplôme du prix de mérite  citoyen ‘’Bakanja-Kimbangu’’. Ce samedi 26 septembre 2020, dans la matinée,  le Comité Laïc de Coordination, cette structure qui, en son temps, avait  fait bouger les lignes en RD. Congo pour sa détermination à défendre l’application absolue et intégrale  de la Constitution, telle qu’elle fut promulguée en 2006 et modifiée, peu avant la tenue des élections en 2011 ;  l’alternance démocratique et la passation civilisée des fanions du pouvoir au sommet de l’Etat, à l’horizon 2016 et 2018,lui décernera  ce prix en reconnaissance de son inestimable participation à l’inépuisable combat de libération sociale, à  l’avènement de la démocratie pluraliste, au  triomphe de la justice équitable, du  développement,  du  respect des droits de l’homme, de  la transparence et de  la bonne gouvernance et, surtout, de  la lutte contre l’impunité et la corruption en RD. Congo.

Jamais, l’histoire d’un tel homme ne saurait nullement se conter, ni s’effacer dans l’espace d’un si laps de temps.

Albatros pour les uns. Patriarche pour les autres. Il était là, il était toujours vif et fougueux  au front  jusqu’au crépuscule de sa vie lorsqu’un certain le 14 juin 2020, le jour où le pire arriva, la mauvaise  nouvelle circula.

Telle, une traînée de poudre, ce jour-là, cet après-midi mythique ou mystique, le Baobab s’écroula à la grande déception des congolais.

Vérification faite, il était bien parti, dans l’au-delà. Et que la dépouille mortelle de celui qui fut le premier à être surnommé ‘’Béton’’ en raison, évidemment,  de  sa résistance farouche  contre le tripatouillage de l’article 220 de la  Constitution alors qu’il était encore Conseiller Spécial de Joseph Kabila, était déjà consignée à la Morgue de la Clinique Kinoise, la Gombe.

Il y séjournera, certainement, quelques jours, avant d’être inhumé, le 19 juin 2020 sous les regards insatisfaits de tous les siens et les hommages inconditionnels  des personnalités de tous les horizons, y compris de l’actuel  Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo.

Des traces mémorables 

Sénateur en fonction jusqu’à la dernière minute de sa vie, Secrétaire Général d’Ensemble pour la République de Katumbi, Président National du Mouvement Social, Pierre Lumbi Okongo  aura été au four et au moulin, dans le marigot politique  de ce pays. Son histoire remonte à plusieurs générations dont il servait, du reste, de trait d’union.

Déjà, à fleur d’âge, il fit son apparition dans les milieux de la  paysannerie où il devint un des activités du développement à la base.

Plus tard, arrivé dans la capitale, il prit la liberté d’œuvrer dans la société civile.

En 1992, les esprits fébriles se souviendront, en effet, qu’il joua un rôle  actif dans la marche des chrétiens organisée naguère  par le Comité Laïc de Coordination sous le règne du Maréchal Mobutu, au moment   où les portes de la CNS furent fermées par Jean de Dieu Nguz Karl-i-Bond.

A plus de soixante-dix ans, il occupa, au fil des années, plusieurs fonctions dans les arcanes du pouvoir d’Etat et dans des Organisations non Gouvernementales et des initiatives privées.

Ministre des Postes et Télécommunications d’Etienne Tshisekedi en 1992, Dirigeant de l’Observatoire-Gouvernance-Transparence,  Directeur des études Stratégiques à la Présidence à l’arrivée de Joseph Kabila et, puis, Ministre d’Etat aux Travaux Publics, Infrastructures et Reconstruction, Ministre tout court aux Travaux Publics de l’ère Kabila Joseph. Après avoir été le Directeur de Cabinet de Samba Kaputo, l’ancien Conseiller Spécial, lui aussi, décédé dans des circonstances surprenantes,

Pierre Lumbi lui succéda et  dirigea, des années durant, le même  Conseil National de Sécurité,  avant ses bisbilles avec l’ancien Président Joseph Kabila à  la création du G7 et, même, du Rassemblement des Forces Politiques et Sociales Acquises au changement né des cendres des cogitations politiques à Genval, non de Bruxelles, capitale de l’ancienne puissance métropolitaine.

D’ailleurs, s’il faut le situer encore bien, il devint Directeur de campagne  de Martin Fayulu Madidi dit le ‘’Soldat du Peuple’’,  lors de la course à la Présidentielle 2018.

Au panthéon d’immortels…

Normalement, l’homme  avait encore des choses à faire. Rien, en tout cas,  n’indiquait qu’il était sur le point de quitter la terre des hommes. Aucun trait sur son  visage ne présageait un tel passage direct et sans escale,   de vie à trépas.

Aucun signe ne laissait croire qu’une disparition, si impromptue soit-elle, allait prendre tous ses compagnons de lutte à pied levé.

Bien plus, ceux qui l’ont retrouvé dans le linceul n’arrivaient même pas  à croire en sa mort. Alors que ses paupières   étaient fermées, d’aucuns ont continué à imaginer que ses yeux boudaient, plutôt, les rayons délicieux du soleil.

Donc, pour ses affidés et colistiers, il est toujours vivant. Lumbi aura ainsi  réussi le pari des hommes illustres de l’histoire récente de la RD. Congo.

Ce qui, logiquement, lui aura permis  de réaliser des pas décisifs dans sa   marche  transcendantale vers le panthéon d’immortels.

Si bien que lors de son  sacre de ce samedi 26 septembre 2020,  le Comité Laïc de Coordination, après tout, en  classant Pierre Lumbi Okongo  dans l’ordre de martyrs de l’indépendance et de la  démocratie,  dans l’ordre des défenseurs acharnés des vertus républicaines,  dans l’ordre bienheureux ‘’Bakanja-Kimbangu’’, n’aura fait que lui rendre les vrais mérites de ses qualités intrinsèques, de ses œuvres indubitables  et de ses combats pour le bien de tous les congolais.

LPM