Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Kinshasa : la prise en charge des jumeaux nouveau-nés, un casse-tête pour les parents modernes

Kinshasa : la prise en charge des jumeaux nouveau-nés, un casse-tête pour les parents modernes

This post has already been read 573 times!

Habitant dans la commune de Selembao, Jean et Sandrine, avisés par une sage femme, pratiquent la technique de Kangourou pour procurer à leurs jumeaux une chaleur parentale, indispensable pour les premiers jours après leur accouchement.

D’ordinaire, la prise en charge le premier mois de la vie des jumeaux est remplie des moments précieux, mais aussi, des risques et surtout que les jumeaux ont des complications pendant leur accouchement.

Les pédiatres nous renseignent que ces bébés ont bien plus de risques de mourir pendant leurs 28 premiers jours qu’à n’importe quel autre moment au cours de leurs 25 prochaines années de leur vie. Mais que faire pour mettre les nouveau-nés à l’abri de toutes les intempéries éventuelles qui peuvent mettre leur vie en danger après leur accouchement ? Cette situation est un casse-tête pour les parents modernes à cause de multiples occupations auxquelles l’évolution et la révolution ont soumis les humains.

Selon le rapport de l’hôpital de la place, 7000 nouveaux nés meurent chaque jour, la plupart de causes évitables dues à l’inadvertance de leurs parents.

D’après les projections récentes des experts en santé publique, aujourd’hui l’avènement de la pandémie de Covid-19 risque d’alourdir ce bilan déjà vertigineux. Car, soulignent-ils, certaines femmes ont peur d’accoucher à l’hôpital par crainte d’infection. Par cet agir, de nombreux nouveau-nés sont privés de soins de santé primaires nécessaires pour leurs premiers jours sur la terre et pour la suite de leur vie. Il est impérieux que les autorités sanitaires veillent à ce que les femmes en attente d’accouchement soient prises en charge par un personnel de santé qualifié pour assurer la survie et la santé de la mère et de l’enfant.

Hervé Batitoa