Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Marche de Lamuka du 14 octobre 2020 : les prétextes n’existent plus !

Marche de Lamuka du 14 octobre 2020 : les prétextes n’existent plus !

This post has already been read 849 times!

Martin Fayulu n’a plus des raisons d’organiser sa marche de Mercredi 14 octobre 2020 au vu de la décision présidentielle d’annuler tous les actes posés à Minembwe. Ce n’est plus un secret.  Le Chef de l’Etat l’avait  annoncé à Goma et il vient de le confirmer au cours du 52ème  Conseil de Ministre tenu vendredi 10 octobre 2020.

En effet, pour Martin Fayulu, l’érection de la commune de Minembwe est en fait une officialisation de l’occupation du territoire national par des étrangers notamment les Rwandais. Il dit à ce sujet : ‘’Si aujourd’hui nous baissons les bras et nous laissons Minembwe entre les mains des occupants, demain, nous n’aurons plus de pays.’’ Et il renchérit :’’Le peuple est le seul, absolument le seul soldat et le seul défenseur de l’intégrité et de la souveraineté de notre pays.’’

La marche du 14 octobre 2020 est faite pour l’unité nationale et l’intégrité territoriale de la RD Congo menacée à Minembwe. Elle devra avoir lieu à Kinshasa et à Uvira.

Comme le Président de la République vient d’annuler tous les actes posés dans le cadre de Minembwe, la raison d’être de cette marche a été vidée.  Est-ce que la population va suivre Martin Fayulu ?

C’est là la question que tous les observateurs se posent.

En fait, Martin Fayulu a pris l’habitude d’exploiter toutes les affaires qui peuvent fâcher la population afin premièrement de l’opposer au pouvoir et ensuite prendre le leadership de l’opposition. Il sait bien qu’il est en compétition non seulement avec le Président de la République, mais aussi avec ses collègues du Présidium de Lamuka dans les prochaines échéances. C’est pour cela qu’il ne rate aucune occasion de montrer au peuple congolais qu’il a endossé son combat à cent pour cent pour imprimer sur les esprits son leadership.

Là où le Chairman Bemba se montre prudent et lent, Fayulu se montre audacieux et intrépide.  Là où Moïse Katumbi se veut un peu conciliant et compréhensif, Martin Fayulu affiche une fermeté et une intransigeance bonne aloi.

L’opinion se souviendra que cela l’amène même à commettre des impairs dont il aurait aimé se passer.  En effet, Martin Fayulu s’était associé à Théodore Ngoyi, ancien candidat Président de la République et avocat des juges de la Cour Constitutionnel mutés vers la Cour de Cassation, pour appuyer la proposition de déferrer  Félix Tshisekedi devant la Cour Constitutionnelle pour violation intentionnelle de la Constitution.  Martin Fayulu avait oublié que si sa démarche réussissait, le Président Kabila, honni,  récupérerait bonnement le pouvoir au travers d’Alexis Tambwe Mwamba. Ce qui reviendrait à avouer lui aurait travaillé pour Kabila. La subtilité de cette situation lui avait sans doute échappé parce qu’il tenait à prendre le devant pour faire montre de combattivité contre Tshisekedi.

En fait, Martin Fayulu n’a qu’une seule idée sans sa tête ; supplanter tous ses rivaux dans les esprits de Congolais pour se positionner comme l’ultime défenseur du peuple Congolais contre une main mise du Rwanda sur la République Démocratique du Congo.  Félix Tshisekedi a conclu avec Joseph Kabila qu’il considère comme un étranger, un accord afin de continuer l’œuvre de balkanisation de la RDC commencé durant les 18 ans de son règne.  Pour Martin Fayulu, Tshisekedi n’est qu’un traitre.  Il traduit cela en ces termes :’’ c’est certainement parce le « pacte ou deal  Joseph Kabila- Félix Tshisekedi »  a donné à ce dernier le mandat de mise en œuvre par défi du plan de balkanisation de notre pays.  Comme peuple, comme nation, nous n’accepteront pas cette humiliation et nous allons nous y opposer énergiquement.’’ 

Ainsi, tous les actes de Félix Tshisekedi qui contredisent ce qu’il essaie de populariser pour asseoir son leadership sur la population embarrasse sérieusement la stratégie du ‘’soldat du peuple’’.

Alors, durant son point de presse du 09 octobre 2020, il avait sauté sur l’affaire Minembwe avec une joie particulière. C’était une offrande pour sa stratégie qui est celle de diaboliser toutes les actions de Félix Tshisekedi et apprendre au peuple à se mobiliser ; tout cela  pour être celui qui incarne la lutte du peuple congolais contre l’occupation étrangère.

C’est sans nul doute dans cette perspective qu’il faut placer la marche qu’il avait programmé pour ce mercredi 14 octobre 2020 qui risque de ne pas attirer à Kinshasa beaucoup de monde. Si la décision d’annulation des actes administratifs posés à Minembwe n’était pas prise, la proposition de marche de ce mercredi  aurait récolté unanimement  un franc succès.

Pour l’instant, le peuple congolais devra s’habituer à le voir monter au créneau en diverses circonstances pour réclamer la position du leader de l’opposition qui lui donnerait une chance de devenir le prochain Président de la République Démocratique du Congo.

Il devra pour cela supplanter non seulement ses collègues de Lamuka qui n’ont pas encore manifesté la bonne intention de lui céder encore la position convoitée de ‘’candidat unique de l’opposition’’,  mais il devra aussi compter avec  les candidats de FCC-CACH.

Laurent Bukasa