Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Kinshasa : come-back sur la marche appelée par Martin Fayulu

Kinshasa : come-back sur la marche appelée par Martin Fayulu

This post has already been read 411 times!

C’était en tout cas prévisible. La marche pacifique dite de ‘’l’unité nationale et de défense de l’intégrité territoriale’’ telle qu’a annoncée pour mercredi 14 octobre à Kinshasa, par Martin Fayulu, n’a pas fait long feu. Conformément à l’itinéraire fixé par l’Engagement pour la Citoyenneté et le développement (ECIDé), les militants de cette formation politique s’étaient réunis à la place Pascal à Masina déjà autour de 8 heures du matin en attendant l’arrivée du Président qui devait donner le go à cette marche. L’hôtel de ville de Kinshasa, n’ayant pas pris acte de cette manifestation, a, par conséquent, instruit au Commissaire provincial de la police de la Capitale de disperser tout regroupement de plus de 5 personnes, chose qui a été faite le matin.

Accompagné de son collègue coordonnateur sortant de Lamuka et ancien Premier Ministre, Adolphe Muzito, et sa famille politique ECIDé, Martin Fayulu, à l’en croire, agissant conformément aux prescrits de la Constitution, s’étaient tous décidés de braver la décision de l’autorité urbaine de Kinshasa qui a interdit la tenue de ladite marche. Les forces de l’ordre, pour intercepter les manifestants, avaient érigé une barrière policière au niveau du Pont Matete. Alors qu’il devait rejoindre les militants au lieu d’embarquement pour débuter la marche, Martin Fayulu s’est vu interdit de passage avant de voir les pneus de sa Jeep crever par la police, question de l’empêcher d’atteindre la place Pascal, lieu où une grande foule constituée des cadres de la plateforme Lamuka et de l’ECIDé l’attendait pour débuter la marche. C’était à la suite du refus d’obéir à l’ordre donné par la police, celui de l’escorter à son domicile.

Soldat du peuple, Martin Fayulu était monté au créneau, engageant un échange musclé  avec les agents de l’ordre auteurs de cet acte quasi-infractionnel. Le président national de l’ECIDé et Coordonnateur en fonction de la coalition Lamuka n’est pas allé par quatre chemins pour exiger à ces derniers de réparer les préjudices commis à sa jeep. «Je resterai ici jusqu’à ce que ces pneus seront réparés. Si je dois dormir ici, je vais dormir ici (…) », a-t-il lâché devant le sous-commissariat de la police ville de Kinshasa située à la 17ème rue dans la commune de Limete, non loin de la place échangeur.

Face à la résistance leur imposée par celui qui se fait appeler le ‘’soldat du peuple’’, la jeep du président national de l’ECIDé a été réparé, tous les pneus crevés de son véhicule, trois au total, ont été dûment remplacés par des neufs avec les frais propres de la police. Et c’est par là que la marche a pris fin. Martin Fayulu a été reconduit à sa résidence à Faden House.

Bilan provisoire de la marche à Kinshasa

Plus de 9 blessés et plusieurs dégâts matériels, tel est le bilan dressé par le Secrétaire général de l’ECIDé, Devos Kitoko Mulenda, qui a dénoncé avec la dernière énergie l’usage de la violence sur les manifestants de la part des agents de l’ordre.

Il y a lieu de signaler que la police a usé des gaz lacrymogènes et des tirs de sommation pour disperser la foule qui commençait à se rassembler à la place Pascal à Masina, citée par les organisateurs comme lieu de départ. Et par l’occasion, certains militants ont été caillassés par la police, l’un d’entre eux a été copieusement molesté par les éléments de la police, renseigne le Secrétaire général de l’ECIDé, qui a également signalé la perte de mâchoire d’une jeune femme qui avait pris part à cette marche.

Marche de l’ECIDé, pas d’incident à Baraka dans le Sud-Kivu

Par ailleurs, le parti politique Engagement pour la Citoyenneté et le Développement (ECIDé), la fédération d’Uvira dans la province du Sud-Kivu, l’une des principales villes ciblées par Martin Fayulu pour la tenue de la marche de ce mercredi, a également marché mais à la seule différence avec la ville-province de Kinshasa, il n’y a pas eu d’incident malheureux. Les manifestants ont été bel et bien encadrés par la police locale. C’était précisément dans la ville de Baraka.

Il importe de noter que cette marche pacifique a eu lieu dans deux villes de la RDC principalement citées par l’actuel Coordonnateur de Lamuka lors de sa conférence de presse, il y a quelques jours, à savoir : Kinshasa et Uvira, avait pour objectif de préconiser l’Unité nationale et de défendre l’intégrité territoriale de la République Démocratique du Congo face à plusieurs tentatives de balkanisation.

Cyprien Indi