Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

RDC : le Ministère de l’Agriculture présente les résultats du 18ème Cycle de l’IPC

RDC : le Ministère de l’Agriculture présente les résultats du 18ème Cycle de l’IPC

This post has already been read 806 times!

Ce jeudi 15 octobre 2020 à Kinshasa, le Ministre de l’Agriculture, Jean Joseph Mukendi, a donné le go symbolique de l’atelier de restitution des résultats des analyses du 18ème cycle du Cadre Intégré de Classification (IPC). Cette activité qui a connu la participation des Agences du système des Nations Unis, à savoir la FAO et le PAM en tant que des partenaires techniques dans la lutte contre la malnutrition en République Démocratique du Congo, avait aussi pour but de se rendre compte de l’immensité du défi à relever pour réaliser la faim zéro en RDC, à l’horizon 2030. A l’occasion, les représentants de ces deux Agences ont chacun lancé un message d’encouragement et de remerciement au Gouvernement RD congolais pour sa participation à la lutte contre la malnutrition et la faim dans la planète.

«Il est temps que le sol prenne la revanche sur le sous-sol», avait dit le Président de la République, Félix Tshisekedi, dans l’une de ses messages à la nation congolaise. Et, faisant sienne cette phrase du Chef de l’Etat, le ministre de l’Agriculture révèle qu’avec le premier ministre, Sylvestre Ilunga Ilunkamba, avaient pris la décision de ‘’mettre le sol en priorité’’. Cela va permettre à la RDC de résoudre la question concernant l’agriculture.

A l’en croire, ‘’la RDC est un pays qui doit nourrir les autres et non pas être nourri par les autres’’. « Nous avons connu parce que nous nous étions intéressés plus aux minerais. Mais croyez-moi, ces minerais ne nous ont rien apporté », a fait savoir le numéro un de l’Agriculture.

Fort de ce constat, Jean Joseph Mukendi a laissé entendre que le gouvernement de la République démocratique du Congo a instauré un plan de relance agricole qui englobe 18 cultures et dont les quatre principales qui sont déjà inscrites dans le programme volontariste, à savoir, l’obligation de produire du riz, de maïs, de manioc et de haricot en premier lieu et les restes vont suivre.

Le défi est que, selon lui, d’ici les prochaines années la République Démocratique du Congo ne soit plus compter parmi les pays avec un taux élevé des malnutris.

En effet depuis 2007 jusqu’à ce jour, 17 Cycles d’analyses IPC aigüe ont été réalisés pour se mettre en règle avec les mesures barrières consécutives à la pandémie de covid-19, les résultats du 18ème cycle ont été produits dans des ateliers virtuels et dans des pools en province. Et, les résultats obtenus dans ces pools ont été consolidés à l’occasion d’un atelier national toujours de façon virtuelle.

Focus sur les facteurs déterminants

Comme de coutume, cet atelier avait pour objectif de préciser à la revue des résultats des analyses des pools rendant ainsi disponible la cartographie de la sécurité alimentaire et nutritionnelle de la RDC. Compte tenu de l’importance de ces résultats de ces travaux pour l’actualisation de l’Etat de la sécurité alimentaire et nutritionnelle de la RDC et pour la définition des stratégies appropriées d’assistance aux populations, c’est dans ce contexte que tous se sont retrouvés ce jour pour la ‘’Restitution par le groupe technique de travail IPC des résultats d’analyses produits pour le 18ème cycle.

Il a été présenté durant cet atelier les principaux résultats, les principaux facteurs déterminants, les facteurs de risque à surveiller et la méthodologie qui a présidé au processus de l’analyse et évidemment les principales sources de données ayant alimenté ce processus.

Et pour clore, le ministre de l’Agriculture a exprimé sa profonde gratitude à l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO), au Programme Mondiale Alimentaire (PAM) ainsi qu’aux partenaires du Cadre intégré de Classification de la sécurité alimentaire (IPC), pour leur soutien constant aux travaux de l’IPC et au renforcement des capacités leurs analyses depuis l’année 2007.

Avant de déclarer officiellement ouvert ces assises, le ministre de l’Agriculture, a profité de cette occasion pour rendre un vibrant hommage à la Directrice du PAM/RDC, pour le Prix Nobel de la paix leur décerné le 9 octobre dernier. Une juste récompense de l’effort inlassable de cette Agence des Nations Unies dans la lutte contre la faim dans le monde.

Cyprien Indi