Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

RDC : lancement des travaux de construction de la maison d’adoration nationale de la Communauté Baha’ie

RDC : lancement des travaux de construction de la maison d’adoration nationale de la Communauté Baha’ie

This post has already been read 874 times!

C’est au quartier Lokali, dans la commune de la N’sele que sera érigé, dans 18 mois, le temple de l’Assemblée spirituelle nationale des Baha’is en République démocratique du Congo. Ce dimanche 18 août 2020, M. Théo Tshilumba, Représentant personnel du chef de l’Etat, a posé la première pierre symbolisant le lancement des travaux de construction de la maison d’adoration nationale de la Communauté Baha’ie congolaise sur un site d’environ 15 hectares. Plusieurs personnalités du pays et chefs religieux ont rehaussé de leur présence cette cérémonie au cours de laquelle il a été dressé un bref historique de la vie et la mission de Baha’u’llah, Fondateur de la Foi Bahá’ie.

Selon Lems Kamwanya, Coordonateur de l’Assemblée spirituelle nationale, cette maison d’adoration dont les travaux viennent d’être lancés, ne comprend pas seulement un seul bâtiment consacré à la louange et à la prière. Bien plus, il disposera d’autres bâtiments et structures annexes, appelées dépendances, destinées à offrir divers services sociaux et culturels au profit de la société.

‘’Ce sera un lieu de culte universel ouvert à tous les habitants d’un lieu, quels que soient leur affiliation religieuse, leur milieu d’origine, leur appartenance ethnique et leur sexe‘’, a-t-il expliqué, avant de décrire le sens du design, mais aussi la signification intrinsèque de la maquette de ce site.

Signification intrinsèque de la maquette

En effet, décrit-il, le design de la maison d’adoration est inspiré à la fois des symboles culturels de la République Démocratique du Congo ainsi que des perspectives spirituelles des Ecrits saints Bahá’ís.

Le dôme de l’édifice est décoré de carreaux qui sont posés par la communauté sur les panneaux de béton préfabriqué puis installés sur le dôme. Le motif est inspiré d’une double imagerie; d’une part, par la façon dont les affluents du fleuve Congo se frayent un chemin à travers les forêts tropicales vers un point de collecte principal et, d’autre part, par la façon dont les racines sont arrosées, poussent et soutiennent le dôme.

Le motif sur le toit ressemble également à un tissu d’écorce traditionnel fabriqué par les premiers habitants de la forêt tropicale du Congo.

‘’La combinaison de ces images fournit le concept de la révélation de Bahá’u’lláh pleuvant sur nous, tandis qu’elle est portée par des rivières et des ruisseaux d’en haut vers une communauté en croissance organique‘’, note Lems Kamwanya.

Par ailleurs, les auvents en forme de vagues guident l’eau dans les canaux. L’eau tombe de la première vague sur la seconde et fait finalement une chute contrôlée qui est guidée dans un réceptacle. Selon le Coordonateur de l’ASN, cette image représente la révélation de Bahá’u’lláh, sa livraison à l’humanité et la croissance de la communauté à travers des hauts et des bas, des crises et des victoires.

L’entrée de l’édifice est entourée d’un double écran décoré de malachite et de cuivre du Congo.

Profitants de la présence des autorités politico-administratives du pays, principalement du Représentant du président de la République, les responsables de la Communauté Baha’ie congolaise ont sollicité l’accompagnement de ces derniers pendant cette phase des travaux, en ce qui concerne notamment l’octroi des facilitations légales nécessaires à la réalisation de ce type des travaux à caractère social, culturel et spirituel, et aussi pour trouver une solution avec toutes les personnes ayant construit sous l’emprise électrique, au-devant de ce site et qui pourraient gêner et empêcher la visibilité de cet édifice.

Avènement de la foi Bahá’ie en RDC

La Foi Baha’ie, dont les origines remontent à l’année 1844, a été introduite en RDC au début des années 1950. Elle fut alors portée par certains congolais vivant à Bujumbura et qui travaillaient à la Banque Centrale du Congo-Belge et du Rwanda-Burundi. Elle fut légalement reconnue aux termes de l’Ordonnance Présidentielle N°72/248 du 09 juin 1972, lui conférant ainsi le statut d’une institution religieuse constituée sous forme d’Association Sans But Lucratif.

La communauté Bahá’ie de la République Démocratique du Congo compte environ 130.000 croyants, accompagnant une communauté d’intérêt estimée à 450.000 personnes qui participent aux activités de construction communautaire initiées par les Bahá’is à travers toutes les provinces du pays.

Concernant le Fondateur de cette communauté, Baha’u’llah, il est né à Téhéran le 12 novembre 1817. Et dès son jeune âge, rapporte l’histoire, il montra des qualités qui firent comprendre à son entourage qu’il n’était pas un enfant comme les autres.

Il a connu deux emprisonnements dans le cursus de son noble combat. Et 1892, après une brève maladie, Baha’u’llah a rendu l’âme à l’âge de 75 ans.

Signalons qu’à ce jour, les œuvres complètes de Baha’u’llah sont considérées par ses disciples comme une révélation de Dieu. Pour eux, en effet, elles constituent le fondement de la Foi Bahá’ie.

Outre les efforts qu’ils déploient pour se familiariser avec la construction communautaire à la base, les bahá’is participent à diverses formes d’action sociale, grâce auxquelles ils cherchent à appliquer les principes spirituels aux efforts visant à favoriser le progrès matériel dans différents milieux.

Boris Luviya