Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Vérité cachée !

This post has already been read 15307 times!

Minembwe par-ci, Minembwe par-là. Mais quel est donc le problème ? Où se cache la part de vérité ? Passant des plans obscurs à un sujet à palabre, trainant avec lui de multiples interprétations, parfois de bas étage, le dossier concernant l’érection de cette commune rurale prend tous les jours de nouvelles proportions. Les juristes et politiques s’affrontent sur les faits qui, pourtant sont sacrés, en face d’une population qui, brûlant les étapes de la réflexion poussée, rejette tout en bloc. C’est de là que découle la décision, quoi qu’encore verbale du Chef de l’Etat, de surseoir à cette démarche, et faire appel aux experts pour plus de lumière sur le dossier.

Des vieux et anciens ministres sont cités, des députés et gouverneurs aussi. L’Ambassadeur américain, lui, a bien été savonné sur les réseaux sociaux sur sa présence très critiquée au Sud-Kivu, au moment de l’installation du Bourgmestre de la commune de Minembwe. Ce qui est certain, l’affaire ne date pas d’aujourd’hui. Avec ou sans intentions manifestes de nuire au peuple congolais, elle a été déclenchée il y a plus de 10 ans avant de poursuivre son bonhomme de chemin à travers les pèlerins des institutions. Attendu aujourd’hui à l’Assemblée nationale, le Ministre de la Décentralisation, Azarias Ruberwa, doit, impérativement, convaincre les élus du peuple en apportant des réponses claires et précises. Au cas contraire, un processus de sa déchéance risquerait  d’exposer sur son visage des ‘’hommes intègres’’.  Minembwe, c’est un grand dossier ! Faudrait bien le gérer avant que le bateau ne chavire.

Hormis cette crise ethnico-tribale, d’autres guéguerres politiques en RDC entre les deux plateformes politiques au pouvoir se font sentir considérablement. La probable prestation de serment de deux juges nommés à la Cour Constitutionnelle ouvre la voie à une guerre sans merci entre les lieutenants de Kabila et Tshisekedi. Dieudonné Tshitenge, conseille à Tshisekedi de donner à la cérémonie de prestation de serment des juges de la Haute Cour ‘’la plus grande solennité’’ en organisant au stade des martyrs devant le peuple et toutes les tendances politiques, pour consolider l’adhésion populaire à la justice. Pendant ce temps-là, du côté du FCC, Barnabé Kikaya Bin Karubi demande à Félix Tshisekedi de ne pas écouter ‘’les oiseaux de mauvaise augure, ni les occultistes qui lisent les boules de Crystal la nuit. Lisez  vous-même l’article 10 de la Loi organique 13/026 du 15 octobre 2013. Erare humanum est, perseverare diabilicum’’, lâche-t-il. Tout compte fait, il semble qu’une apparente bataille est ouverte entre le clan Kabila et Tshisekedi pour le contrôle de la Cour Constitutionnelle. Le plus important ici, est de ne pas oublier que seule la justice élève une Nation. Sa dépendance, ne ferait que mettre en pâture cet idéal qui conditionne le salut du peuple. Une vérité cachée à prendre au sérieux !

La Pros.