Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Le FCC se dit prêt à assumer ses responsabilités

Le FCC se dit prêt à assumer ses responsabilités

This post has already been read 885 times!

Le FCC a tenu à vérifier si ses rangs sont encore  solidement soudés qu’au début de la coalition. C’est la raison primordiale de cette réunion de la conférence des Présidents au lendemain de la prestation de serment des juges constitutionnels jugée irrégulière par cette plateforme chère à Joseph Kabila. En effet, des bruits de toutes sortes émanant des thuriféraires du CACH faisaient état d’une défection importante de quelques plateformes membres du FCC qui seraient prêtes à rejoindre le CACH. Ce qui modifierait le rapport de forces au Parlement et l’ordre politique tel qu’il s’est présenté depuis l’alternance pacifique à la tête du pays. Le débauchage d’une partie du FCC n’est pas possible au vu de la cohésion qu’il a affiché durant cette réunion.  La transhumance politique est la seule véritable crainte que le FCC a éprouvée durant cette période trouble. Le FCC peut démontrer devant l’opinion nationale et internationale qu’elle n’aura pas lieu. Cette réunion a démontré, si besoin en était encore, que le FCC garde la même ossature qu’à ses débuts et que toute tentative de débauchage serait vouée à l’échec.

 

COMMUNIQUE DU FRONT COMMUN POUR LE CONGO

Réunis en session extraordinaire ce jeudi 22 octobre 2020, les chefs de regroupements et Partis Politiques membres du Front Commun pour le Congo ont fait le tour d’horizon de la situation politique du pays, au lendemain de la cérémonie irrégulière de prestation de serment des personnalités nommées de manière irrégulière en qualité de juges à la Cour Constitutionnelle.

Le FCC constate que le choix délibéré de violer la Constitution a été consommé jusqu’au bout, allant jusqu’à toucher aux symboles et rituels de la République à travers un passage en force qui fera date dans les annales sombres de l’histoire politique du pays, à plus d’un titre.

Le FCC tient à féliciter tous ses cadres évoluant au sein des institutions pour avoir refusé de cautionner une violation flagrante de  notre loi fondamentale, démontrant par la même occasion qu’ils constituent une majorité réelle, vivante, unie, pétrie des principes républicains et disciplinés.

Le FCC tient à réaffirmer que sa position sur ce dossier de nomination des nouveaux juges constitutionnels reste inchangée.

En effet, la nullité des nominations desdits juges étant de plein droit conformément à la loi organique pertinente, le FCC ne reconnait pas ces derniers et ne se sentira lié par aucun des actes qu’ils poseront.

Le FCC rassure l’opinion tant nationale qu’internationale qu’il poursuivra son combat pour le respect de la Constitution et des lois de la République, seul gage véritable d’un Etat de droit et qu’il usera de toutes les voies légales pour atteindre ce noble objectif et pour s’opposer à toute initiative visant à déstabiliser les institutions de la République.

Dans cette optique, ayant librement opté pour une coalition dans l’intérêt du pays, alors qu’il aurait pu choisir la cohabitation, le FCC se dit prêt à assumer ses responsabilités au regard de la confiance que le peuple souverain a investie en lui, en lui octroyant la majorité à l’Assemblée nationale d’une part, et d’autre et des prescrits de la constitution d’autre part.

Le FCC prend à témoin la population et lui demande de rester mobilisée afin de faire barrage à toute tentative tendant à liquider l’héritage d’un combat commun en vue de l’instauration des institutions démocratiques dans notre pays, combat couronné par la première alternance pacifique au pouvoir.

Fait à Kinshasa le 22 octobre 2020

Pour la Conférence des Présidents

Le Rapporteur de Séance

Honorable  Didace  PEMBE BOKIAGA