Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Démarcation RDC-Zambie : Députés et Chefs Coutumiers dans l’arène de la sensibilisation

Démarcation RDC-Zambie : Députés et Chefs Coutumiers dans l’arène de la sensibilisation

This post has already been read 866 times!

Durant deux semaines, des élus de la province du Tanganyika et des autorités coutumières se sont investis dans la sensibilisation des populations de Pweto, Moba, Kalubamba, Moliro, Musosa, etc. pour leur implication dans les travaux de démarcation de la frontière entre la RDC et la Zambie. Initiative conjointe de ces deux pays pour mettre fin pacifiquement aux différends frontaliers qui les ont opposés, cette démarcation scientifique a fait appel aux techniciens (géomètres, topographes, géographes, etc.) qui ont déjà entamé la pose des points de repères. Cette opération à la frontière vise la matérialisation du Traité du 18 septembre 1989 signé entre Feu Maréchal Mobutu Sese Seko et son homologue zambien Kenneth Kaunda. Objectif,  préciser les limites entre les deux Etats.

Outre les techniciens, une délégation de députés a activement pris part à cette opération. Conduite par le vice-président de l’Assemblée provinciale du Tanganyika, Alvard Lubuli, elle s’était fixée une double mission : celle de vérifier sur terrain les allégations d’une éventuelle présence des militaires zambiens sur le sol congolais et, surtout, de sensibiliser nos compatriotes à la paix et au soutien des travaux de démarcation de la frontière entre les deux pays.

A cet effet, l’élu provincial a fait noter, lors du passage de Moba, que c’est un message de paix que les élus du Tanganyika ont apporté, car «les deux peuples, congolais et zambiens, ont toujours cohabité dans la paix depuis 1894, année de la signature d’un Traité belgo-anglais pour le traçage de la frontière séparant les deux pays ».

«  Nous sommes venus sensibiliser la population afin qu’elle soit informée que ce dossier doit être traité pacifiquement», a-t-il ajouté. Concernant des rumeurs d’une présence des militaires zambiens dans les localités de Kibanga et Moliro, Alvard Lubuli est formel : «Des gens peuvent spéculer, mais nous, nous travaillons avec des techniciens venus de Kinshasa et qui sont de l’autre côté de la Zambie travaillant aisément avec leurs collègues zambiens de manière scientifique. Notre mission ne s’arrête pas à Moba, nous irons partout. Mais selon les données en notre possession, sur fond de ce traité, le Congo va se frotter les mains. S’il y a une terre occupée par des étrangers, nous allons le dire tout haut. Dans les temps, on parlait en l’air au sujet de Moliro, Pweto, Kapingu, Kalubamba, etc., maintenant nous avons des données scientifiques qui vont permettre de placer des bornes visibles. Nous n’allons pas tolérer que le moindre centimètre de notre terre parte ailleurs… », a conclu le vice-président de l’Assemblée provinciale du Tanganyika.

Quant au Grand chef Manda Frédéric Jean Bosco, de la chefferie Manda, de la chefferie éponyme, il a expliqué la pertinence de cette démarche de sensibilisation. «  Nous sommes impliqués dans ce projet pour identifier les divergences entre les deux pays et trouver une solution meilleure. Ma population, il faut qu’elle comprenne les contours du Traité entre les présidents Mobutu et Kaunda en 1989 », a-t-il dit.

Tout en rappelant, enfin, que les accords entre les deux États avait déjà tracé une ligne droite partant du lac Tanganyika jusqu’au lac Moerro, le Grand chef Manda a appuyé que pour les traditionnels, ce sont des limites naturelles (rivières, montagnes, grottes, arbres, etc.) qui servent des repères. D’ores et déjà, révèle-t-il, ils sont très contents, car jusque-là les limites traditionnelles sont respectées.

Notons que la Commission technique mixte RDC/Zambie est à pied d’œuvre depuis le 15 septembre 2020 sur le tronçon terrestre compris entre les Lacs

Tanganyika et Moero, long de 205 Km. Cette équipe procède à la

Reconnaissance de la frontière et à la construction des points d’appui de part et d’autre de la frontière commune.

Elle est composée des ingénieurs géomètres topographes, géodésiens, des cartographes, etc. Ces points serviront de repères pour la construction des bornes frontières qui seront érigées à partir du mois d’avril 2021 en exécution du Traité de 1989 issu d’un arrangement de 1894 entre les anciennes puissances coloniales belges et anglaises.

Cet arrangement déterminait une frontière rectiligne partant de la

Médiane du Lac Tanganyika en direction du Lac Moero.

(Avec la Communication du Ministère des Affaires Etrangères)