Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Deux chauffeurs pour une voiture : C’est une Incongruité, affirme Moni Della Moïse

Deux chauffeurs pour une voiture : C’est une Incongruité, affirme Moni Della Moïse

This post has already been read 851 times!

Le Congolais a une faculté qui lui permet de survivre à des pires cataclysmes sans perdre ses facultés essentielles. Il use de l’autodérision pour se prémunir contre les effets pervers des situations critiques par ce qu’il traverse et il arrive à s’en sortir. C’est sans doute dans ce contexte qu’il faut placer les métaphores dont usent les politiciens pour expliquer la grave crise politique que traverse le pays durant cette période et le dysfonctionnement institutionnel qui en découle. La Démocratie Congolaise est comparée à une route où règnent le brouillard et le verglas. Et la République Démocratique du Congo à une voiture. C’est la métaphore utilisée par Moïse Katumbi au cours d’un meeting tenu à son retour du séjour récent à Kinshasa à la place de la Poste de Lubumbashi. Pour lui la République ressemble à une voiture dont deux chauffeurs se disputent le volant avec le risque de faire un accident.  

Le Patriarche Kitenge Yesu vient d’abonder dans le même sens en analysant la paralysie du pays.  Il a déclaré qu’il ne peut y avoir deux chauffeurs pour une même voiture.

Cette réflexion livrée est également celle émise par Moïse Moni Della qui, au lieu d’abonder dans le même sens que les deux cités plus haut en sortant une métaphore aux relents routiers, a préféré aussi livrer une métaphore mais tirée de la sagesse africaine, notamment dans le territoire de Kibombo dans le Maniema qui dit : « il ne peut y avoir deux caïmans dans le même marigot. » 

Mais il a continué à décrire la situation du pays toujours de manière aussi anecdotique qu’imagée : « la météo avait annoncé le mauvais temps depuis longtemps à cause du changement climatique.  Mais nous avons quand même accepté de prendre la voiture et de voyager dans cette condition. Allons simplement de l’avant, malgré les risques d’accident.  Peut-être qu’on arrivera à destination en 2023.

Les analystes peuvent comprendre cette sortie comme un aveu d’impuissance d’un observateur réaliste et critique de la situation politique du moment caractérisée  par le désir sincère du Président de la République qui ne peut se sortir de son accord avec le FCC sans causer des dommages plus importants.  Aussi, Moni Della a-t-il sorti un cri de lassitude et d’incapacité. ‘’Allons simplement de l’avant’’. Peut-être qu’on arrivera à bon port en 2023.

Il sied de savoir que Moni Della Moïse est un cadre du nouveau parti politique de Moïse Katumbi, qui a choisi de ne pas se mettre au travers des actions du Président de la République, tant que ce qu’il fait est profitable au peuple.  Moïse Katumbi a apporté sa caution aux consultations initiées par celui-ci dernièrement, mais il se rend compte avec beaucoup de perspicacité de la difficulté qu’il a pour se sortir de la crise créée par sa prise de position face à ce qu’il qualifie de blocage de son action au profit de la population congolaise. De toute évidence, il accuse le Président sortant de se disputer le leadership du pays au Président actuel et de ne pas lui laisser les mains libres. D’où, ce métaphore de la voiture ayant deux chauffeurs et de la mare qui ne peut contenir deux caïmans.

Laurent Bukasa