Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Affaire Bukanga Lonzo : l’IGF dévoile ses conclusions

Affaire Bukanga Lonzo : l’IGF dévoile ses conclusions

This post has already been read 1018 times!

L’Inspection Générale des Finances (IGF), très impliquée dans plusieurs sujets brûlants de l’heure dont les Congolais attendent voir clair, a rendu public ses conclusions quant aux missions qu’elle a effectuées sur des principaux dossiers. Il y en avait cinq au total, à savoir : celui concernant le Parc Agro-industriel de Bukanga Lonzo, la paie des enseignants par la SECOPE, le dossier Go-pass, la dénonciation des fraudes fiscales commises par un opérateur de téléphonie mobile, et la gestion des fonds destinés à la province de l’Equateur. C’était au cours d’un point de presse tenu mercredi dernier.

Pour ce qui est de Bukanga Lonzo, à en croire l’Inspecteur général Chef de services, Jules Alingete, il était question pour l’IGF pendant cette mission de contrôle, de rechercher des causes de la débâcle financière de ce méga projet.

Au terme de leur travail, plusieurs griefs ont été retenus comme étant à la base de l’échec cuisant de grand programme notamment, le marché de gré à gré entretenu avec un partenaire non expérimenté et n’évoluant pas dans le secteur agricole dans son pays d’origine, des surfacturations pour l’acquisition des équipements et engrais agricoles, ainsi que la présumée surfacturation des travaux de soutirage d’électricité sur la ligne Inga à 40 millions de dollars dont un trop paiement de 2 millions de dollars, pour ne citer ceux-ci.

Comme résultats finaux, Jules Alingete renseigne que sur les 285 millions de dollars américains déboursés par le Trésor public, seuls 80 millions de dollars auraient réellement été affectés aux travaux de Parc Agro-industriel de Bukanga Lonzo. Et, 205 millions de dollars seraient, en fait, le montant perdu par l’Etat congolais en investissant sur ce projet, a-t-il fait remarquer.

Les conclusions de l’IGF révèlent que six personnes ont été identifiées comme  responsables directs de ce gâchis de temps, d’énergie et des fonds du Trésor public. Sans vouloir citer le nom de qui ce soit, l’IGF précise tout de même que parmi les six personnes concernées se trouverait deux couvertes par les immunités parlementaires, un expatrié, un Congolais en fuite en Europe.

A vrai dire, ces conclusions présentées par l’Inspection Générale des Finances prouvent à suffisance que l’échec de ce grand projet était planifié depuis sa conception.

La Pros.

 

 

NOTE SYNTHESE DES CONCLUSIONS DES MISSIONS DE L’INSPECTION GENERALE DES FINANCES AU SECOND SEMESTRE 2020

  1. Mission de contrôle du parc agricole de Bukanga Lonzo
  2. Objectif
  • Recherche des causes de la débâcle financière de ce projet
  1. Résultats
  • Montant décaissé : 285 millions de dollars ;
  • Situation estimée actuelle du projet : 80 millions de dollars dont 4 millions de dollars station électrique
  • Montant perdu par l’Etat : 205 millions de dollars.
  1. Causes de la débâcle …
  • Echec planifié de la conception du projet
  • Marché de gré à gré avec un partenaire non expérimenté et n’évoluant pas dans le secteur agricole dans son pays d’origine
  • Surfacturation en moyenne de 1 à 10 pour les acquisitions des équipements et des engrais agricoles
  • Surfacturation présumée des travaux de soutirage d’électricité sur la ligne Inga à 40 millions de dollars dont un trop paiement de 2 millions de dollars.
  • 80% des paiements surfacturés ont été logés dans un compte se trouvant en Afrique du sud où les complices se retrouvaient régulièrement pour se partager le butin
  • Sur les 285 millions de dollars décaissés par le trésor, 80 millions de dollars seulement ont réellement servi au parc agricole
  • Abandon total du parc par tous les gestionnaires après s’être servis sur les fonds issus des surfacturations.
  1. Responsabilités
  • Six (6) personnes concernées dont deux (2) couvertes par les immunités parlementaires, un (1) expatrié, un (1) Congolais en fuite en Europe.
  1. Contrôle de la paie des enseignants par SECOPE
  2. Objectif
  • Vérifier l’apparition subite de nouvelles unités dans la paie avec le déclenchement de la gratuite
  • Examiner la situation des mises a disposition des fonds au profit du ministère de l’EPST ;
  1. Résultats
  • Existence des faux arrêtés antidatés de recrutement des agents et de création des écoles ;
  • Explosion du personnel non enseignant au détriment du personnel enseignant pourtant principal destinataire de la gratuité de l’enseignement
  • Prise en charge à la paie de nouvelles unités au détriment des anciennes unités non payées
  • Paiement au titre de la paie des enseignants des montants supérieurs à ceux liquidés (c’est-à-dire)
  • Détournement présumé de près de 62 milliards de FC
  • Utilisation de fausses factures pour détourner les fonds mis à disposition par l’Etat.
  1. Responsabilités
  • Cinq (5) hauts responsables du ministère de l’EPST et quelques agents de la direction de la paie et de la direction du Trésor et de l’ordonnancement.
  1. Mission de contrôle de l’IDEF appelé communément go-pass
  2. Objectif
  • S’assurer de l’enregistrement d’exhaustivité des fonds collectés et des affectations conformes à l’objectif du go-pass
  1. Résultats
  • De 2015 à fin 2019, montant collecté : 124 millions de dollars dont 118 millions dont 118 millions de dollars seulement comptabilités, soit 6 millions de dollars non retracés ;
  • 90% des recettes affectés aux infrastructures aéroportuaires et 10% affectés à des dépenses non concernées ;
  • Détournement de 2 millions de dollars par paiement des intérêts injustifiés ;
  • Affection des ressources de l’IDEF à des aéroports non rentables sur les 87 millions de dollars des marchés passés, la situation se présente comme suit :
  • Kalemie : 43 millions de dollars
  • Kinshasa : 20 millions de dollars
  • Kisangani : 8 millions de dollars
  • Kindu : 3 millions de dollars
  • Goma : 2 millions de dollars
  • Lubumbashi : 1 million de dollar
  1. Responsabilités
  • Une (1) personne identifiée
  1. Mission sur la dénonciation des fraudes fiscales commises par un opérateur de téléphonie
  2. Objectif
  • Eclairer la justice sur la responsabilité des agents de l’administration dans la couverture des fraudes commises par un opérateur de téléphonie cellulaire
  1. Résultats
  • Existence de redressement justifié mais par la suite revue à la baisse par les vérificateurs concernés, sans motif valable, mais avec la bénédiction de leur chef hiérarchique ;
  • Absence de sanction à l’endroit des vérificateurs n’ayant pas conclu des missions importantes leur confiées par leur hiérarchie ;
  • Le manque à gagner pour le trésor est évalué à 20 millions de dollars pour une seule année.
  1. Responsabilités
  • Huit (8) fonctionnaires de l’Etat épinglés ont été identifiés ;
  1. Mission de contrôle de gestion de la province de l’Equateur
  2. Objectif
  • S’assurer de la comptabilisation des mises à disposition des fonds effectuée par le gouvernement central au profit de la province de l’Equateur
  • Vérifier la gestion du patrimoine de la province.
  1. Résultats
  • Non comptabilisation des fonds décaissés par le gouvernement central au profit de la province de l’Equateur pour 2.500.000.000 FC dont la moitié n’a même pas été justifiée jusqu’à ce jour
  • Bradage de quelques éléments du patrimoine de la province.

Fait à Kinshasa, le 18 novembre 2020

Direction de l’Inspection Générale des Finances