Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Dédoublement de l’AFDC : le Ministère de l’Intérieur tranche en faveur de Bahati Lukwebo

Dédoublement de l’AFDC : le Ministère de l’Intérieur tranche en faveur de Bahati Lukwebo

This post has already been read 2009 times!

L’AFDC/A su Sénateur Bahati Lukwebo a une fois de plus reçu l’aval du Ministère de l’Intérieur qui prenait acte des résolutions du 3ème Congrès organisé le 20 novembre 2020 lequel reconnaissait comme seule personne à pouvoir le représenter, le prof. Bahati Lukwebo.

Cette correspondance est tombée trois jours avant celle du Secrétaire général au Ministère de l’Intérieur en charge des relations avec les partis politiques qui déclarait conformes aux dispositions de l’article 17 de la loi du 15 mars 2004 portant organisation et fonctionnement des partis politiques et aux statuts de l’AFDC les résolutions dudit congrès consacrant quelques modifications des dispositions statutaires et l’élection de Bahati Lukwebo comme Président national.

Le Congrès avait dans la foulée autorisé Bahati Lukwebo  de participer aux consultations du chef de l’Etat et de prendre des décisions pour le bien de la formation politique.

La Correspondance du ministre de l’Intérieur enjoignait aux parties dissidentes de cesser d’utiliser les appellations et les insignes de l’AFDC pour la bonne raison que le dédoublement des partis politiques était défendu en République Démocratique du Congo.

Il convient de se souvenir que la cour Constitutionnelle statuant sur le même dossier avait affirmé qu’elle était incompétente pour constater l’inconstitutionnalité de la décision de la Commission Politique, Administrative et juridique de l’Assemblée Nationale qui avait confié la supervision du groupe parlementaire de l’AFDC-A à des députés nationaux dissidents, non reconnus par les textes légaux et non signataires du Protocole d’Accord du 17 mars 2018 portant création de l’AFDC-A. Or, la position de ces députés impliquait clairement la perte de leur qualité de députés nationaux obtenus dans le cadre de l’AFDC-A.

Maintenant, avec les enjeux politiques du moment, est-ce que la reconnaissance de l’AFDC de Bahati Lukwebo sera suffisante pour infléchir les dissidents, forts du soutien de la majorité au Parlement qui les soutenait bec et ongles ? Rien n’est moins sûr. Car, chaque camp de la coalition est obligé de se livrer à une comptabilité serrée de ses rangs afin de préserver sa majorité au Parlement pour le FCC et afin d’obtenir une reconfiguration du Parlement pour le CACH.  Personne n’est disposé à lâcher du lest. Les perspectives de voir une des parties se ranger du côté de cette reconnaissance du Ministre de l’Intérieur sans se battre sont moindres.

LB