Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Nouvelle dynamique !

This post has already been read 10658 times!

Des alliances se font et se défont au gré des circonstances entre des partis qui n’ont en commun ni l’idéologie, ni le programme.  Etait-il le cas pour les affidés de la coalition FCC-CACH ? Qu’est-il arrivé aux deux principaux acteurs de l’alternance démocratique tant vantée, Tshisekedi-Kabila, pour cautionner la signature du certificat du décès de la coalition, sans pourtant chercher à harmoniser des vues avant le prononcé de discours post consultations présidentielles ? A tout dire, c’était un discours de rupture, de changement, d’espoir pour les uns et surtout du désespoir pour les autres.  Près d’une trentaine de minutes qu’il a passé devant de millions des téléspectateurs, une seule et grande décision donne à certains protagonistes du fil à retordre :‘’la nomination d’un informateur pour identifier une nouvelle majorité parlementaire. Tshisekedi tient, mordicus,  à avoir sa majorité à lui, en vue de permettre d’implémenter sa touche personnelle dans la gestion des affaires de l’Etat. A l’en croire, les deux années passées avec son partenaire  Kabila  n’auront été que synonyme  du blocage intempestif de ses actions en tant que Chef de l’Etat et Garant du bon fonctionnement des Institutions.

Que faire ? Avec la nomination d’un informateur,  l’on ne doit pas être surpris de voir le basculement d’une nouvelle majorité composée des partis de Katumbi et Bemba, tous deux venus de l’intérieur du pays,  avaient fait le déplacement jusqu’à Kinshasa pour participer activement à ces assises. Du côté du FCC, les réactions pleuvent.  Lambert Mende, leader de la CCU, parti membre du FCC, a exprimé la crainte d’un lendemain incertain, après l’annonce du Président de la République. Kabila, qui s’est vu empêcher de se rendre à Lubumbashi samedi dernier, devrait ainsi revoir ses calculs et adopter une nouvelle approche pour conserver sa majorité au niveau de l’Assemblée nationale pour espérer  maintenir le cap. Au cas contraire, ce sera très mal parti pour lui et ses fidèles.

Le divorce FCC-CACH qui intervient deux années après l’alternance au sommet de l’Etat, ouvre la voie à une nouvelle dynamique, à  l’Union sacrée. Les pétitions déposées par quelques élus nationaux à l’Assemblée nationale contre le Bureau Mabunda font également l’affaire de Félix Tshisekedi qui n’était plus en odeur de sainteté avec la speaker de la Chambre basse du parlement.  Espérons que ce discours historique ne va pas attiser le feu et que le Congo pourra  retrouver la paix et la stabilité avant bien évidemment l’étape de son développement.

La Pros.