Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

ANECO : le Comité Kileba dans la lutte pour le rétablissement de la dignité de la presse congolaise

ANECO : le Comité Kileba dans la lutte pour le rétablissement de la dignité de la presse congolaise

This post has already been read 1130 times!

La cérémonie d’installation du Comité Directeur de l’Association Nationale des Editeurs des journaux congolais (ANECO), s’est tenue ce mercredi 9 décembre 2020 à l’hôtel Memling, dans la commune de la Gombe. Un bureau composé  respectivement du Président Cyrille Kileba ; la 1ère Vice-présidente Mme Ruth Ngwanza, le 2ème Vice-président M. Jacques Famba, le Secrétaire Général M. Teyobi, la Trésorière générale Gudule Bwalya ainsi que le Conseiller Général M. Mboyo Nsama.

Dans son allocution, le Président Cyrille Kileba a remercié tous les participants, et affirmé que cette composition est une vraie image de synthèse du parcours de la presse congolaise. Car, elle réunit plusieurs générations. Un des objectifs est celui d’aider les éditeurs à se remettre au temps actuel compte tenu de l’importance de nouvelles technologies. Il a notamment souligné que l’association sera consacré à travailler aux fins modernes concernant la mutation numérique du journal papier, sans intention de le faire mourir. De façon que ces journaux puissent sortir une fenêtre supplémentaire sur le monde grâce à cette grande toile. Raison pour laquelle, ils attendent beaucoup de leurs partenaires, et espèrent que cette mutation sera avantageuse pour la presse.

Après avoir décrit un cliché de pauvreté, il a rappelé que la presse congolaise, à elle seule, a porté le lourd fardeau d’être opposition politique, syndicat, voix des sans voix, elle a été audacieuse, téméraire et forte d’esprit et a combattu le bon combat, durant des moments dures que le pays a traversés. Les journalistes ont été invités à bien utiliser des pinceaux pour mieux  peindre le tableau de la presse congolaise, en reflétant la réalité de la société. Sinon elle sera victime de non suffisance, et de non certitude.

Quant aux facilités, malheureusement ils n’en bénéficient pas comme il se devrait, et les journaux continuent à se battre avec plusieurs difficultés d’impressions.

Pour rétablir la dignité des journaux congolais, elle passe par la nécessaire monétisation, aider les journaux à faire de l’argent qui profiteront à leurs organes. Quant aux nombreux défis, et il s’agira de faire tenir au quotidien ces organes et de fournir davantage plus de sacrifice, et cette responsabilité et de faire vivre intellectuellement, matériellement et économiquement, ces supports. Et ce fort de cet engagement, permettre à l’Aneco de défendre l’intérêt des journaux, et ces derniers vivront dans la diversité de leurs projets éditoriaux.

Niclette Ngoie