Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Fête de fin d’année : l’essentiel a été fait et les enfants se sont retrouvés

Fête de fin d’année : l’essentiel a été  fait et les enfants se sont retrouvés

This post has already been read 515 times!

Les festivités de fin d’année se sont bien déroulées à Kinshasa, malgré les mesures prises par le gouvernement central sur le port obligatoire du masque et l’observation d’un couvre-feu à partir de 21 heures 00’. Les familles se sont mobilisées pour faire plaisir à leurs enfants en les amenant à différents points chauds de la capitale congolaise, entre autres, la Place des Artiste dans la commune de Kalamu, au quartier Matonge ; Place des Evolués dans la commune de la Gombe, Place Intelligente en face de l’immeuble Intelligent, Place Kintambo Magasin à Kintambo, etc.

Contrairement aux autres années où ces différentes familles se réjouissaient jusqu’à X temps, cette année a été très particulière avec la présence de la pandémie à Covid-19 qui ronge le monde entier et qui a impacté négativement  les économies mondiales. Comment les parents se sont-ils organisés pour arriver à faire mieux ? Quelques-uns se sont exprimés en gardant leur anonymat. « Faire plaisir à mes enfants pendant les périodes des fêtes est la meilleure chose qui m’arrive. J’ai eu à bénéficier de cette même grâce avec mes parents. Voilà pourquoi, je me bats corps et âme pour sortir avec mes enfants le jour de bonne année de Noël ou de Bonne Année, par exemple. Je n’ai pas beaucoup d’argent sur moi mais le peu que j’ai gardé pour eux, c’est ce que j’utilise présentement. Chacun se retrouve. Ils ont chacun un jus accompagné de quelque chose à manger et après, nous sommes venus ici à la Place de Kintambo pour une séance des photos», a déclaré un père de famille avec ses quatre enfants bien habillés. «Nous faisons un effort pour qu’au plus tard 20 heures, nous soyons déjà chez nous. Nous devons respecter les mesures prises par les autorités. Mais, ils devraient nous laisser la nuit d’aujourd’hui pour fêter et reprendre les mesures après », a-t-il conclu.

Non loin de lui se retrouvait une dame, la trentaine révolue. Cette dernière avait deux fillettes avec elle et se faisait prendre des photos. «En l’absence de leur père, j’aime toujours faire ce qu’il ferait s’il était sur place. Je les ai accompagnées ici pour qu’elles jouent et se détendent avec les autres enfants trouvés ici. Et après, elles vont prendre des photos. D’habitude avec leur Papa, nous les amenons là où se trouvent des jeux pour enfants mais cette année avec les problèmes de la pandémie et comme il est en déplacement, je n’ai pas d’argent pour tout ça voilà pourquoi je suis avec elles ici », a-t-elle dit avant de poursuivre que son objectif est atteint même si ces deux filles n’ont pas touché aux jeux cette année, mais les photos devant le sapin et les jeux de lumière resteront comme un souvenir pour elles.

L’heure du couvre-feu non respectée 

Comme tous les observateurs s’y attendaient, la foule réunie au niveau de la Place de Kintambo Magasin n’a pas su se vider avant 21 heures juste. A 21 heures passées de 30 minutes, cette Place avait encore du monde. «Impossible de rentrer vu que le transport est devenu très difficile. Nous attendons un peu plus tard pour rentrer chez nous. Les moyens qui nous restent ne nous permettront pas d’arriver à la maison», a fait savoir un jeune garçon de 14 ans accompagnés de ses amis. Selon ce jeune garçon, le transport est devenu difficile à cause des embouteillages et cela a provoqué des magouilles des transporteurs qui font les demi-terrains. Les taxis motos, communément appelés ‘’Wewa’’ changent directement le prix du transport, pour le trajet Magasin – DGC qui coûte d’habitude 1.000 francs congolais la course, est passé à 2.000 Francs Congolais.

Il faut souligner que non loin de la Place Kintambo Magasin vers le rail, les terrasses ont fonctionné jusque tard la nuit.

Steve Ilunga