Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Grâce présidentielle : la NSCC scandalisée par la libération de Benjamin Wenga et Modeste Makabuza

Grâce présidentielle : la NSCC scandalisée par la libération de Benjamin Wenga et Modeste Makabuza

This post has already been read 553 times!

Après la grâce présidentielle du vendredi 8 janvier 2021, mettant ainsi en liberté un bon nombre de personnes, la Nouvelle Société Civile Congolaise (NSCC) monte au créneau. Dans le souci de lutter contre l’impunité, cette plateforme citoyenne et non partisane de la société civile de 815 organisations membres est scandalisée par la libération qu’elle considère de suspecte de Monsieur Benjamin Wenga et Monsieur Modeste Makabuza, respectivement Directeur Général de l’Office des Voiries et Drainage (OVD) et Directeur Général de la Société Congolaise de Construction (SOCOC).

Dans ce communiqué, la Nouvelle Société Civile Congolaise note que cette triste nouvelle risque de décourager les bonnes volontés, l’élan de changement et l’ancrage des valeurs d’un Etat des droits. «Ce coup dur porté à la lutte contre l’impunité, la corruption, le pillage et le détournement des derniers publics ne devra pas être impuni », a fait savoir ce communiqué de presse de la NSCC.

« Pour toutes ces raisons, la NSCC appelle à la mobilisation générale de toutes les organisations de la société civile en vue d’obtenir le retour en prison de ces deux chefs d’entreprise et la démission du Vice-ministre de la Justice », a-t-on lu dans la suite dudit communiqué.

Ainsi, elle promet qu’en collaboration avec les autres organisations de la Société Civile de la République Démocratique du Congo, elle va saisir officiellement le Président de la République dès les heures qui suivent sur cette triste et révoltante question avant de descendre dans la rue.

Il revient de rappeler que les chefs des entreprises OVD et SOCOC avaient été condamnés pour détournement des derniers publics dans le cadre du procès dit de 100 jours du Chef de l’Etat et ils avaient  vu leurs peines s’alourdir en appel par le Tribunal de Grande Instance de Kinshasa-Gombe, le 23 juin 2020 de 3 ans à 5 ans pour monsieur Benjamin Wenga et de un an à deux ans pour Monsieur Modeste Makabuza.

Steve Ilunga