Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

La France accompagne la RDC dans le domaine de la sécurité intérieure

La France accompagne la RDC dans le domaine de la sécurité intérieure

This post has already been read 1014 times!

L’avènement de Félix Tshisekedi au sommet de l’Etat a permis à la République Démocratique du Congo de réchauffer ses relations diplomatiques avec la  France. En termes de coopération bilatérale, Paris qui soutient le régime de Kinshasa s’est engagé dans plusieurs secteurs du développement du pays. 

Education, santé, environnement, culture, économie, numérique et sécuritaire, le Président Macron et son gouvernement ne ménagent aucun effort pour accompagner la RDC dans différents domaines vitaux.

Dans le cadre de la coopération, le Général de Corps d’Armée, Thierry Marchand, Directeur de la Coopération de Sécurité et de Défense (DCSD) près le ministère des Affaires étrangères a effectué une visite d’évaluation en RDC, indique un communiqué de l’Ambassade de France à Kinshasa.

Outre les séquences « Défense », le Général Thierry Marchand a consacré la journée du 06 janvier dernier aux questions relatives à la Sécurité Intérieure en RDC.

A cet effet, le DCSD et l’Ambassadeur de France en RDC François Pujolas se sont entretenus avec le Commissaire général de la Police Nationale Congolaise et ses adjoints autour des questions stratégiques de coopération avec la Police.

Après leurs échanges, la délégation française, le Commissaire général et son équipe technique ont effectué une visite des installations actuelles et futures du Fichier Criminel des Infractions Constatées et Auteurs Présumés (FCICAP). Le Projet FCICAP est appuyé par la France depuis 2017 et bénéficie de financements issus de la Direction de la Coopération de Sécurité et de Défense.

Dans les bureaux du FCICAP, renseigne-t-on, les informations relatives aux auteurs présumés, à leur mode opératoire, mais également aux victimes des infractions constatées par les Officiers de Police Judiciaire sur l’ensemble de la ville-province de Kinshasa sont encodées et entrées sur une base de données, par des opérateurs dûment formés.

Grâce à l’appui de la France, les 52 commissariats de la ville-province de Kinshasa sont désormais en capacité d’alimenter le fichier qui a pour vocation d’aider les policiers dans leurs enquêtes, d’analyser la criminalité pour orienter l’action des services et d’identifier les auteurs d’infractions par les rapprochements et la signalisation opérée grâce aux relevés dactylographiques et aux prises de photographies.

A ce jour, plus de 1400 Officiers de Police judicaire ont été formés à l’utilisation du FCICAP et les formations dans les domaines techniques et scientifiques sont en cours.

Pendant son séjour, le général Thierry Marchand accompagné de l’Ambassadeur de France a procédé à la remise de matériels (mobilier, kits de relevés d’empreinte et appareils photographiques destinés aux commissariats de la ville de Kinshasa) avant de se rendre au Commissariat de Gambela-Force où ils ont pu constater la réalité du travail des enquêteurs formés, en particulier sur la rédaction du compte rendu d’enquête servant de base à l’alimentation du fichier.

Ils ont également pu se rendre compte du fonctionnement d’un poste local Police Technique et Scientifique (PTS) en service, mis en place avec l’appui de la coopération française.

L’Ambassadeur de France en RDC s’est félicité de cette action de coopération : «Notre partenariat est global. Il s’applique à l’ensemble des sujets cruciaux pour l’avenir de la RDC. La sécurité intérieure en fait partie. Ce type de projets contribue de manière efficace et concrète à la modernisation des forces de police, au service de l’ensemble de la population», a déclaré François Pujolas.

Il faut noter que l’appui de la France à la constitution, au fonctionnement et à l’extension du FCICAP permettra à la PNC de renforcer ses procédures d’enquête et sa réponse opérationnelle dans le domaine de la Police Judiciaire, au bénéfice de la population et des victimes de la criminalité.

Jordache Diala