Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Lomami : Alphonse Ngoyi Kasanji au cœur d’une nouvelle polémique

Lomami : Alphonse Ngoyi Kasanji au cœur d’une nouvelle polémique

This post has already been read 3551 times!

Le Député national Alphonse Ngoyi Kasanji, ancien Gouverneur du Kasaï Oriental (ancienne configuration) est au cœur d’une grande polémique depuis quelques jours à cause d’un point de vue qu’il aurait soulevé au cours d’une émission, soutenant que le territoire de Nganda-Jika soit annexé dans la province du Kasaï Oriental alors que celui-ci se trouve dans la province de Lomami. Dans son explication, l’élu de Mbuji-Mayi justifie sa démarche par des approches culturelles, linguistiques (Tshiluba) et la proximité de ce territoire de Nganda-Jika avec Mbuji-Mayi au lieu de Kabinda, chef-lieu de la province de Lomami. Quoique ses arguments soient fondés ou pas, cette prise de position de Ngokas n’a nullement rencontré l’assentiment de la population Lomamienne.

Et depuis lors, des réactions fusent de partout et dans tous les sens. Le Député provincial et Grand Chef Anaclet Ndjibu Mudimbiyi a, au cours d’un point de presse, appelé au calme et à la retenue. Il appelle cependant le Député national Ngoyi Kasanji au retrait pur et simple de ses propos, selon lui, teintés d’incitation à la haine tribale. Ce dernier estime que des pareilles déclarations anticonstitutionnelles portent atteinte à l’unité, à la cohésion sociale et à la paix entre les filles et fils de Lomami.

«Le découpage n’a pas seulement concerné le Kasaï-Oriental. Lomami n’est pas à vendre pour un positionnement politique des caciques. Nous condamnons les propos incendiaires du Député national Ngoyi Kasanji confirmant le plan démoniaque dont le lit a été préparé par certains de nos frères. Jamais, aucun territoire de Lomami ne sera cédé à n’importe quelle province, ni son chef-lieu être déplacé d’une autre cité ou ville », a déclaré d’un ton sévère l’élu de Lubao.

Pour sa part, Me Joël Mukonkole Bukasa du Collectif pour le Changement de Lomami, reste confiant aux textes légaux régissant le fonctionnement des provinces et des Entités Territoriales Décentralisés (ETD). Ainsi, ce dernier appelle le Député Ngoyi Kasanji à se référer aux prescrits constitutionnels.

Rapprochement ethnique, culturel, …

Et comme l’on pouvait bien s’y attendre, l’Honorable Ngoyi Kasanji, recadrant les tirs, est revenu quelques heures après sur ses propos. Dans une interview exclusive accordée à un confrère d’une radio locale à Lomami, l’élu de Mbuji-Mayi a expliqué qu’il s’agit d’une démarche qui n’a rien à voir avec le tribalisme, mais plutôt un rapprochement ethnique, culturel et linguistique.

L’ancien Gouverneur du Kasaï Oriental parle aussi de la proximité du peuple de Nganda-Jika à celui de Katanda, Tshilenge, Miabi, Kabeya Kamuanga ainsi que de centaines de Kilomètres avec la ville de Kabinda, chef-lieu de la province de Lomami.

«La Constitution a déjà tout tranché, Nganda-Jika est un territoire de Lomami, moi je n’en peux rien, je n’ai jamais été contre le développement de Lomami, j’ai mon parti politique qui fonctionne normalement à Lubao dans la Lomami. Dans la province de Lomami j’ai un Sénateur, un Député provincial et un ministre provincial», a-t-il fait savoir.

A lui de renchérir : « Je ne suis pas ennemi de Lomami, mes propos ont été tenus dans une émission pas comme question principale mais plutôt une sous question qui me demandait d’émettre mon point de vue personnel qui ne m’engage que moi-même. Nganda-Jika reste et restera à Lomami avec Kabinda ».

Willy Katemo