Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Au nom du peuple ou bataille pour 2023 ?

Au nom du peuple ou bataille pour 2023 ?

This post has already been read 160530 times!

Dans un communiqué de presse signé par le Directeur Cabinet Jean-Claude Mwalimu, le 20 janvier 2021, il a été annoncé la mise en place d’un Cabinet pro-Fayulu mandaté d’accompagner le peuple congolais dans la reconquête de sa souveraineté, consécutivement à l’adresse à la Nation du ‘’Soldat du Peuple et Président élu’’, le 30 décembre 2020, durant laquelle il avait dressé un tableau sombre et révoltant de la situation politique, sécuritaire, économique et sociale du pays.

Cette équipe, renseigne la correspondance, est composée d’hommes et femmes résolument engagés à bâtir un Congo fort, digne et prospère. Elle réunit d’anciens et nouveaux en politique, des jeunes, des technocrates, des membres de la société civile et de la diaspora qui devront, à eux tous, consacrer l’essentiel de leurs efforts sur deux axes, à savoir l’axe de gestion sectorielle et l’axe opérationnel.

Dans cette même note, pourtant, le Directeur dudit Cabinet, Jean-Claude Mwalimu, atteste que le Cabinet mise en place ne s’érige pas en Gouvernement parallèle à l’actuel exécutif, mais se comporterait plutôt comme une équipe de combat contre les antivaleurs et la restauration de la souveraineté nationale. Cependant, pour bien d’analystes politiques, la démarche initiée par Martin Fayulu Madidi, candidat président aux élections de 2018, tenterait de poser les bases de sa candidature aux prochaines élections prévues en 2023.

Cela est d’autant renforcé par les convictions animées par lui-même et ses adeptes qui persistent à croire, en dépit des résultats publiés par la Centrale Electorale et la Cour Constitutionnelle, que la désignation de Félix Tshisekedi comme Président ne serait qu’une mascarade politique et qu’elle ne refléterait pas la réalité des choses. Selon eux, en effet, en synergie avec les analyses émises par les Evêques Catholiques, les témoins postés à chaque bureau de vote affirmerait que la majorité des votes était tournée en direction du ‘’Numéro 4’’ de dernières élections présidentielles.

Les actions étant déjà posées, et Félix Tshisekedi investi Président le 24 janvier 2019 au Palais de la Nation, il y a lieu donc de focaliser les réflexions et les prochaines actions aux échéances à venir.

Aux yeux de certaines personnes figées sur l’évolution de la politique congolaise, les actions menées par le Cabinet pro-Fayulu, au cas où elles parvenaient à résoudre équitablement et véritablement les problèmes du peuple congolais, Martin Fayulu jouirait alors d’un crédit sans contredit du souverain primaire.

Dans ce cas, il pourrait présenter une nouvelle fois sa candidature aux élections de 2023, cette fois-là au nom de son parti politique ECIDé et peut-être encore au nom de la plateforme politique Lamuka, et rencontrait une fois de plus des votes inestimables des Congolaises et Congolais fatigués de jouer le rôle de rempart des politiciens lors de leur propagande et placés sur les oubliettes après leur élection aux postes politico-administratives.

Avant d’arriver à l’étape des élections, Martin Fayulu et son staff devront se rassurer de la désignation d’un bureau loyale et juste à la tête de la Commission Electorale Nationale Indépendante pour la publication juste des résultats provisoires, et devront compter également sur le serment de vérité des juges constitutionnels quant à la publication des résultats définitifs. Au cas contraire, l’opinion se régalerait à assister à de nouvelles campagnes de ‘’vérité des urnes 2’’.

John Ngoyi