Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Gabriel Bolemba wa Bolemba a reçu les derniers hommages dignes de son rang

Gabriel Bolemba wa Bolemba a reçu les derniers hommages dignes de son rang

This post has already been read 1307 times!

L’un des journalistes les plus talentueux de la Radiotélévision Nationale Congolaise (RTNC), la vie de Gabriel Bolemba alias ‘’Bolex’’ sera désormais évoquée au passé. Décédé le 14 janvier 2021, le corps sans vie de ce professionnel de médias a été mis en terre ce week-end au cimetière de Kinkole nouvelle cité dans la ville de Kinshasa. A cet effet, une ribambelle de messages de condoléances et témoignages de tous ceux qui ont connu l’illustre disparu ont inondé la toile.  

«Pour nous ses collègues, il s’est distingué par ses chroniques diverses dans les grands journaux télévisés de la RTNC depuis 33 ans. De sa voix baryton, il aura marqué une époque de l’ex OZRT, durant la période à cheval entre le Zaïre de Mobutu et la Rdc de Mzee L-D. Kabila», a déclaré son confrère Michel Museme Diawe, sur les réseaux sociaux.

A lui d’ajouter : «Il était l’un des acteurs incompris du Printemps, qui a révolutionné le Journal télévisé de la RTNC. Une révolution qui a emporté plusieurs têtes lors d’une purge organisée par les tenants du statu quo».

En voici quelques témoignages :

Denis Omanga : «Paix à son âme ! Il a été avec nous à la Faculté de Droit en 1976, avant d’aller poursuivre ses études à l’étranger. Un brillant».

Pascal Likana : «Un gars non conflictuel. Je me souviens d’avoir effectué un voyage avec lui à Goma… A notre retour, Goma-Kinshasa, nous étions assis, côte-à-côte, à même le sol dans un cargo sans siège. Résigné, Bolembe soliloquait sur papier sur ce qu’il allait faire. Il était indifférent à notre sort et ne pensait qu’à son job».

Charles Dimandja-Wembi : «J’ai eu à accueillir Gaby à la Rédaction du Journal télévisé. Un mec sans problème. Il m’appelait toujours beauf. De lui, je garderai son surnom à peine arrivé à la rédaction ‘’chaîne Stéréo’’. C’était à l’époque où l’OZRT venait de lancer une fréquence radiophonique dédiée entièrement à la musique nationale. Repose en paix, Gaby».

Charles Djuma Simba : « Gaby Bolemba, c’était en termes de voix, une sosie de Salumu wa Kyota. Ces voix ‘’stéréo’’ qui plaisent à l’oreille. De lui, je garde le souvenir s’un confrère qui ne refusait son compagnonnage à personne. Un homme sans problème et qui ne craignait pas d’exprimer son opinion, fût-elle rêche. Repose en paix, chef Gaby ».

Zoom sur le parcours de Gabriel Bolemba

Selon la petite histoire, Gabriel Bolemba wa Bolemba a été recruté en 1987, à la suite d’un test qui avait connu près de 650 candidats pour seulement 10 places. Pour dire qu’il a été brillant journaliste, d’une intelligence alerte.

Un test organisé par le PDG de l’époque Dongo Badjanga Esek’Obala et pour la première fois, un test ouvert aux non ISTIENS (actuellement IFASIC).

Voici les noms des 10 lauréats du test sus évoqué. Il s’agissait de Charles Djungu Simba, Basile Omalowete Katako, Frederick Kitengie Kinkumba, Emile Nzuzi Zola, Etenda Bafenda Anzaganzaga, Dikanga Kazadi, Bunduki Kabeya, Kapuka Ngoy, Gabriel Bolemba wa Bolemba, Michel Museme Diawe.

Paix à son âme !

Steve Ilunga