Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Et maintenant ?

This post has already been read 8412 times!

Il va sans dire que l’ancien Chef de l’Etat, Joseph Kabila, arrivé fin mandat en 2018, est le premier Président de la RDC, le seul jusque-là, à avoir accépté de céder son strapontin présidentiel de manière civilisée à Félix Tshisekedi, son remplaçant, après l’aboutissement du scrutin électoral remporté ‘’contestablement’’ par celui-ci.  Deux ans après, le fruit de cette alternance  aura ainsi engendré la pomme de discorde entre les anciens partenaires de la coalition gouvernementale FCC-CACH. La rupture de cette union ‘’contre-nature’’ et la montée  en puissance  d’une autre union dite ‘’sacrée’’,   place le Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba dans une position inconfortable devant l’Assemblée nationale. Lui, qui séjourne à Lubumbashi, ne compte visiblement pas se présencer dans la salle du Congrès du palais du peuple encore moins devant le ‘’Bureau transitoire’’ afin de présenter ses moyens des défenses au regard de la motion de censure lancée contre lui par les Députés pro Katumbi et Bemba. Violation de la Constitution ou pas,  Ilunga Ilunkamba va-t-il s’en sortir ? Pas la peine de lire les signes de temps. Alea jacta est !

Pendant ce temps-là, le bilan de Félix Tshisekedi est alarmante. Les pro Kabilistes ont dressé un bilan plus que chaotique de l’après l’alternance : La crise institutionnelle, la violation régulière des lois du pays, l’arrestation arbitraire des citoyens, le non-respect des accords politiques, la violation des procédures judiciaires, la corruption, l’exageration du dépassement budgétaire à la présidence de la République, l’inflation, la famine et la négligence de l’éducation des enfants avec une gratuité de nom mais inexistante en réalité. Le prochain gouvernement aura du pain sur la planche pour redresser le pays. Aussi, il faut un bon leadership. Une vision éclairée du Président de la République. Les réformes attendues, le prochain gouvernement doit, impérativement, être composer des hommes intègres et capables d’assumer valablement les responsabilités d’Etat.

La Pros.