Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Sud-Kivu : «Uvira mérite l’attention de l’union sacrée de la Nation», clament les notables de ce coin

Sud-Kivu : «Uvira mérite l’attention de l’union sacrée de la Nation», clament les notables de ce coin

This post has already been read 315 times!

Les massacres de Bijombo dans le village des bavira, en territoire d’Uvira, au Sud-Kivu, perpétrés le 30 décembre 2020, ont causé une désolation dont les effets se font sentir aujourd’hui. Ces événements affreux sont restés, selon la notabilité de ce coin, dans un silence absolu des autorités de Kinshasa.

Alors que les habitants d’Uvira veulent que justice soit faite, leurs cris de détresse restent sans issue comme quand on appelle un mal entendu qui a tourné le dos.

C’est à cet effet que la centrale du collectif des notabilités d’Uvira (CCNU)  et la Société Civile Populaire d’Afrique (SOCIPO-Afr)  se sont engagées à porter la voix de tous habitants d’Uvira et mener un plaidoyer auprès du pouvoir de Kinshasa pour éradiquer l’insécurité récurrente de ce coin, venir en aide aux filles victimes de ces massacres et la catastrophe naturelle, etc.

Pour y arriver, la CCNU en collaboration avec la Mutualité BUGUMA Vira -Fuliru  a organisé une matinée de compassion et de solidarité avec les victimes et les rescapés de Massacres crapuleux du 30 décembre 2020, à Bijombo, chefferie des Bavira, en territoire d’Uvira, au Sud-Kivu.

C’était le samedi 6 février 2020 au centre paroissial Mgr. Marhini à la Cathédrale du Cinquantenaire Protestant dans la commune de Lingwala.

Cette matinée qui a connu la participation de plusieurs couches sociales, était une forme de mobilisation des congolais de toutes appartenances tribales à porter la voix d’Uvira et le faire entendre auprès des décideurs qui doivent apporter un soulagement aux habitants de cette partie sud du Sud-Kivu.

La CCNU a, à cette occasion, lancé un appel alarmant à tous les journalistes, les activistes des droits de l’homme et tous les mouvements citoyens à défendre la cause de ces habitants d’Uvira qui sont la proie des forces Négatives et qui n’ont presque pas droit à la vie d’après les conditions de vie qui caractérisent ce coin.

«Bukavu a abandonné Uvira, Kinshasa a abandonné Uvira, quelle est la part d’Uvira dans le projet de l’Etat Congolais». C’est la question de l’un des participants à ces assises qui suspecte les autorités locales et centrales d’être complices de ce qui arrive à Uvira.

M. Limbisa Djouma, l’un des organisations de cette matinée, a, dans un exposé inspirant tristesse et empathie, présenté les résultats d’un travail réalisé sur terrain  et formulé en même temps des solutions à soumettre au gouvernement de l’Union sacrée de la Nation pour qu’Uvira vive décemment comme les habitants des autres coins pays.

Alors que le président de la République Démocratique du Congo, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo prône dans le cadre de l’Union Sacrée de la Nation une forte cohésion nationale, son implication personnelle est vivement sollicitée par les habitants d’Uvira. Sa prise en compte des doléances et recommandations d’Uvira pourrait faire de lui le mieux élu du coin lors des échéances électorales prochaines.

Alors que l’insécurité continue de battre record à Uvira, les routes qui deviennent impraticables, les habitants qui sont assiégés permanemment, la dernière catastrophe naturelle jamais connu, les habitants de Uvira, Fizi et Mwenga exigent un Tribunal Pénal International pour la République Démocratique du Congo afin que tous ceux qui ont causé la désolation des paisibles citoyens soient sévèrement jugés, et

Uvira devra être déclaré ville sinistrée ou martyre.

Suites aux massacres à répétitions, les traitements inhumains qu’a connus Uvira, les habitants de ce coin exigent que le territoire soit déclaré sinistré.

C’est sur base de cette recommandation que les habitants d’Uvira ont demandé au Président de la République l’évaluation des forces Négatives et positives, les forces et les faibles pour dénicher les tireurs de ficelle qui, de loin ou de près, sont impliqués dans la déstabilisation de ce coin. Ils demandent en même temps à l’Etat l’accélération du processus pour la création d’un tribunal pénal international pour la République Démocratique du Congo.

Monsieur Limbisa Djouma, qui était conférencier a indiqué qu’un Forum Communautaire d’Uvira post-catastrophe naturelle a déjà réuni plusieurs têtes pensantes pour trouver des vraies des tristes phénomènes qui attestent Uvira. Ce projet qui est déjà à la présidence  pourra bien aider les habitants d’Uvira à vivre aisément comme les autres congolais.

Gilbert Mulumba