Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Moïse Moni Della n’est pas flatteur !

Moïse Moni Della n’est pas flatteur !

This post has already been read 621 times!

*Flatter qui et pourquoi ? Je ne suis pas de la race des flatteurs ou des menteurs. Je suis un homme des convictions politiques et religieuses. Je comprends que certaines personnes ne connaissent pas mon combat pour l’instauration de la démocratie et l’Etat de droit dans notre pays, qui commence en 1983 quelques mois après la création de l’UDPS. Je suis un compagnon de lutte d’Étienne Tshisekedi.

C’est lui mon mentor, mon professeur, mon modèle. Mon plaidoyer pour transformer sa résidence et celle  de Lumumba en musées date de longtemps, avant même l’avènement du président Félix-Antoine Tshisekedi à la magistrature suprême. Ma démarche à une visée historique, politique, touristique, scientifique, honorifique, pédagogique, patriotique, culturelle, citoyenne et non opportuniste. C’est pour que ces résidences deviennent les sanctuaires du savoir, du mémoire, du devoir, de l’histoire des Congolais qui ont honoré le Congo.

J’étais aux côtés d’Etienne Tshisekedi, très jeune au moment où Mobutu et ses nombreux courtisans le traitaient de fou.

Je suis un héritier naturel d’Etienne Tshisekedi. Je suis co-fondateur de l’Udps. Certains de mes compagnons de lutte et même de bagne sont encore vivants et peuvent témoigner à l’instars de Gilbert Kakonde, l’actuel Vpm de l’Intérieur, Omer Nkamba, ancien gouverneur du Kasaï orientale sous Mzee Kabila, Mathieu Mulaja ancien directeur de cabinet du président de l’UDPS, Frédéric Kibassa, Bruno Tshibala, ancien Premier ministre, Serge Baluisha, cadre à la Dgi, Omene Samba et Roger Kabundi, les pionniers de l’UDPS.

Mangala,  professeur à l’Institut supérieur et technique de la Gombe,  Kibaya Daghobert,  avocat au barreau de Goma, Joseph Sita,  pionnier de l’udps et ancien membre du bureau Afrique  à Brazzaville, Théo Kabeya,  cadre à la Dgrad… Lorsque je parle de l’UDPS, c’est avec autorité parce que je connais ce parti dès sa création dans la clandestinité.

Déjà,  à l’époque, ce n’était pas un parti classique comme c’est le cas aujourd’hui, mais plutôt un mouvement de libération comme  l’ANC en Afrique du Sud.

A cause de mon engagement précoce à ce parti, j’étais emprisonné plusieurs fois dans les geôles de Mobutu en frôlant la mort, pour le triomphe de  ses idéaux.

Je suis resté fidèle à Etienne Tshisekedi jusqu’à sa mort et je lui serai toujours fidèle jusqu’à ma mort.

Moïse Moni Della

Co-fondateur de l’UDPS