Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Félix Tshisekedi : vers le choix imminent d’un Formateur ou d’un nouveau Premier Ministre !

Félix Tshisekedi : vers le choix imminent d’un Formateur ou d’un nouveau Premier Ministre !

This post has already been read 3142 times!

*Bahati, Marie-Josée Ifoku, Noël Tshiani, Samy Badibanga, Batumona,  Willy Kitobo de plus en plus cités parmi les personnalités aux ressources morales et intellectuelles exploitables à des fins de formation du gouvernement ou des primaturables.  Bien d’autres outsiders sont aussi cités. Allusion faite notamment, aux noms de Babandoa Odette, Eve Bazaïba,  de Marie-Madeleine Kalala et de Makombo Angèle  qui ont aussi fait parler d’elles dans les méandres de la gent féminine.  Mais,  dans la foulée, le Kongo Central réclame. Alors que tant d’autres provinces à l’instar du Grand Bandundu lorgnent. Et, dans  cette espèce de bataille des tranchés, qui laisser, qui prendre ? Qui représenteront  le Katanga, le Nord et  Sud-Kivu, l’Ituri, la Tshopo, le Maniema,  le Grand Kasaï, sans oublier l’Ituri, la province chère  à Thomas Lubanga ? L’enjeu est de taille. Mais, le choix est tout aussi déterminant. 

Heureux qui, comme Ulysse, a effectué un bon voyage. Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, de retour hier, dans les après-midi, à Kinshasa, après la prise de ses fonctions de Président en exercice de l’Union Africaine à Addis-Abeba, en Ethiopie.

Alors qu’il tiendra les manettes de commandement de cette organisation panafricaine, il sera, en même temps, revêtu  de ses attributs  de Chef de l’Etat   en RD. Congo.

Depuis qu’il s’est défait de la coalition FCC-CACH et créé  l’Union sacrée, il est devenu l’unique et seul maître à bord du navire. Si bien que des tractations engagées l’ont conduit à nommer un Informateur et puis, il sera amené à nommer un Formateur ou, à tout le moins, un nouveau Premier Ministre devant remplacement de Sylvestre Ilunga Ilunkamba qui, depuis quelques jours, expédie les affaires courantes.

Pour mettre en action son ambitieuse vision l’ayant déterminé à reconfigurer la scène politique, il a besoin d’aller de l’avant.

Ainsi, la désignation de ce formateur du nouveau gouvernement ou du Premier Ministre serait-elle, logiquement,   imminente.

Déjà, peu avant qu’il n’aille au sommet, juste son séjour en Egypte,  plusieurs sources laissaient entendre qu’il y était à quelques doigts de l’annonce du nom de cet oiseau rare. Et que ce sont, peut-être, les impératifs liés notamment, à son agenda qui auraient fait que cela soit retardé un tout petit  peu.

Pas droit à l’erreur !

Au fait, le vrai problème de profil, de la technicité, de la stature de la personnalité revient avec acuité lorsqu’il est question d’opérer un tel choix.

En plus, celui de  la symétrie entre les objectifs visés et les capacités réelles de l’homme ou de la femme à nommer taraude  certainement l’esprit du tout nouveau Président de la République.   Puisqu’il ne faut ni rater, ni échouer, l’affaire étant de justifier pour quelle raison fallait-il rompre la coalition FCC-CACH  pour effectuer un nouveau saut dans l’inconnu.

Pas d’apprentis sorciers… 

Voilà pourquoi, il ressort des différents cénacles que Félix Tshisekedi devrait prendre la mesure de   tous les paramètres, avant d’apposer sa signature au bas de l’ordonnance désignant l’iconoclaste attendu.

Ce dernier, une fois nommé, pourrait alors lui présenter une équipe réduite à la dimension des moyens, représentative de la nation congolaise en termes d’équilibre  géopolitique, prenant en compte la jeunesse, les personnes vulnérables et ayant en son sein des vertébrés aux  cahiers   d’adresses fournis  à l’échelle tant nationale qu’internationale. Il n’a donc pas besoin d’apprentis sorciers, dans cette affaire.

Du coup, sans la moindre complaisance, maintenant qu’il a toutes les responsabilités et qu’il dispose de sa majorité, il est seul  devant l’histoire. A lui de passer aux actes, pour normaliser  le fonctionnement des institutions et  casser, de ce fait,  la spirale des spéculations ainsi que d’autres rumeurs  autour des noms circulant abondamment  sur la toile.

Addis-Abeba, Tshisekedi auréolé 

Lors de  la tenue du 34ème  sommet de l’UA,  Félix Tshisekedi  a été porté au pinacle de la scène africaine. Cela arrive  après 54 ans. Car, en son temps, c’est le Feu Maréchal Mobutu qui y accéda   en  1967 à l’issue du 4ème sommet  et resta jusqu’en  1968.

LPM