Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

L’album «Moyibi ya Bolingo» : Kadogo 1er dévoile son talent original

L’album «Moyibi ya Bolingo» : Kadogo 1er dévoile son talent original

This post has already been read 673 times!

On l’appelle KADOGO 1er  Artistiquement, c’est un grand-esprit dans la musique. Congolais de sang, cet artiste musicien évolue en Hollande où il défend valablement la culture de ses ancêtres. Arrivé depuis la semaine dernière, KADOGO1er séjourne à Kinshasa pour s’occuper  personnellement de la promotion de son nouvel album intitulé « Moyibi ya bolingo ».

Très percutante, l’œuvre est déjà disponible en version CD audio sur le marché du disque. Pour le public du monde, les 13 chansons qui constituent son projet, sont également en vente dans toutes les plateformes de téléchargement digital sur Internet.

‘‘Je suis à Kinshasa pour promouvoir mon nouvel opus musical. J’ai besoin du soutien de mes frères et sœurs congolais. J’ai réalisé un travail fracassant qui ne manquera pas à faire plaisir à ceux-là qui adorent et savent bien distinguer la bonne musique. «Moyibi ya bolingo» est un album riche en mélodies et paroles. Il est composé des chansons dignes pour toutes les générations du public. C’est une musique variée dont l’originalité constitue la base de ma créativité’’, a déclaré KADOGO 1er  au cours d’un entretien avec le grand journal Kinois La Prospérité.

De son vrai nom Lwela Kasulwe, KADOGO 1er est un artiste au talent pointu. Il regorge une potentialité énorme à découvrir dans son nouvel album qu’il vous propose sur le marché.

Dans « Moyibi ya bolingo», il chante une réalité dans une relation amoureuse  qui a pratiquement mal terminé. Au-delà de cette thématique, son nouvel album contient encore d’autres messages  intéressants et vivifiants. Les faits de société, l’environnement, l’amour, l’injustice, l’humanité, la paix sont des thèmes de prédilection qu’on retrouve dans cet opus fantastique.  Donc, l’artiste fait rêver avec ses chansons intemporelles, qui caressent les tympans grâce à ses feelings.

Evidemment, la force de KADOGO 1er réside dans son style original de musique.

A travers l’album « Moyibi ya Bolingo», il fait un métissage succulent des genres  musicaux.  L’artiste mélange les sons traditionnels africains avec le folk, la soul, le jazz et le funk puisés dans ses sources d’inspiration.  Très vibrant, le seben à la Kinoise est aussi un élément prépondérant qu’on ne peut s’en passer dans cette nouvelle compilation musicale de KADOGO 1er.

Très authentique, sa musique est adaptée et vouée pour toutes les circonstances.

Offrir aux mélomanes une musique propre et riche en orchestration a été toujours la motivation de KADOGO 1er qui est toujours animé d’un esprit des recherches pour la performance de son art.

Signalons que « Moyibi ya Bolingo » est le deuxième disque de sa carrière musicale professionnelle, après l’album « Nipe Suluhisho » édité en 2016.

Zoom sur Kadogo 1er 

Né à Lubumbashi, KADOGO est un disciple complet d’Orphée. A la fois chanteur, guitariste, compositeur et interprète, il faut retenir que son histoire avec la musique commence dès sa tendre enfance. C’est à l’âge de 9 ans que sa passion mirobolante dans l’art est détectée, d’abord, au niveau de sa famille où il accompagnait ses frères et sœurs dans la batterie (droum). Pourtant, il n’avait aucune formation musicale à la base. Cet artiste a un talent inné qui ne cessa de surprendre tout le monde dans sa communauté.  Son don naturel s’est vite  développé jusqu’à lui permettre de maitriser d’autres instruments et notes musicales. C’est à la chorale de l’église qu’il a découvert sa véritable passion pour la musique. Ainsi, KADOGO 1er a appris la guitare basse et a commencé à jouer avec différents groupes à Lubumbashi et à Kinshasa.

En 1998, l’artiste voyage pour la Hollande où il va encore développer ses connaissances dans l’art en qualité d’auteur -compositeur-interprète avec un style vocal incroyable qui peut être chuchotant comme par magie, féroce et épicé.

Sur le plan artistique, KADOGO 1er est influencé par la musique et les rythmes traditionnels congolais qu’il utilise pour créer son propre style de musique, imprégné de soul, de funk et de jazz. Souvent, il impressionne par sa manière inhabituelle de jouer à la guitare.

En RDC, Jean Bosco Mwenda est parmi les pionniers des cordes  qui l’inspirent beaucoup dans ses créations rythmiques.  Mais aussi des chanteurs compositeurs contemporains comme Tracy Chapman font partie de son bagage musical.

Qu’à cela ne tienne, l’originalité dans ses œuvres est immuable. ‘‘Je ne peux pas copier Michael Jackson ou Jean Bosco Mwenda, mais je peux être inspiré d’eux. Ce qui est réel reste réel. J’aime être moi-même’’, a souligné l’auteur de l’album « Moyibi ya Bolingo».

Kadogo caracole en internationale !

Sa prouesse artistique a toujours impressionné ses collègues de la  scène internationale. KADOGO 1er  reçoit à chaque fois des éloges de ses pairs. Par exemple, le pianiste renommé hollandais Bert van den Brink qui témoigne: ‘‘Le pouvoir de votre musique est son authenticité. Kadogo 1erest un talent créatif unique. Avec son brillant crossover, il se distingue. Kadogo 1er vous émeut avec spontanéité, honnêteté, sensibilité et énergie. Il capture votre cœur avec la puissance de l’amour qui résonne à travers les messages de ses chansons’’.

Il faut souligner qu’au début, KADOGO 1er n’avait pas vraiment cette ambition de devenir un musicien professionnel malgré son immense talent. Jusqu’à ce qu’il se rende compte que tant de gens étaient impressionnés par sa voix exceptionnelle et ses compétences inouïes à la guitare. Ce soutien l’a surtout motivé de participer un grand concours de musique jeune talent au Pays-Bas. Le savoir ne ment pas dit-on.  Curieusement, l’artiste congolais va atteindre  la finale du prestigieux « Grote Prijs van Nederland» et a réussi à faire de même, en s’explosant sur la scène de « Grote Prijs van Rotterdam».

KADOGO qui signifie « petit homme » en swahili, chante en swahili et lingala, en français, anglais et dans d’autres langues de ses ancêtres.

Jordache Diala